VIDÉO - Nkoulou, Guillaume, Thauvin... Tous les buts d'OM-Lens (2-1)

Football
LIGUE 1 - Les Marseillais ont beaucoup souffert dimanche soir face à des Lensois accrocheurs. Mais les hommes de Marcelo Bielsa ont su trouver les ressources pour s'imposer à une semaine de leur déplacement à Paris.

Huit victoires d'affilée... puis deux défaites de suite. Cet OM est sans doute moins instable que ses prédécesseurs, mais l'exigence qu'implique le jeu prôné par son nouvel entraîneur, Marcelo Bielsa, fait payer cash la moindre défaillance. À une semaine du Clasico à Paris, Marseille est néanmoins parvenu à sauver l'essentiel dimanche soir, à savoir ses quatre points d'avance en tête du classement sur son rival de la prochaine journée, en embuscade après sa victoire (1-2) à Lorient samedi. Mais que ce fut dur pour le club phocéen vainqueur (2-1) de valeureux lensois !

Thauvin et Mandanda en héros

Cela avait pourtant commencé comme dans un rêve et, au terme de dix premières minutes de folie, Nkoulou est venu ouvrir le score sur corner d'une tête plongeante pleine d'autorité. Sauf que c'est précisément à ce moment-là que les Olympiens se sont mis à perdre de trop nombreux ballons et à reculer face aux contres lensois. C'est l'un d'eux qui a abouti à l'égalisation de la 31e minute : après avoir échangé avec Cyprien, Chavarria a trouvé Guillaume, capable d'éliminer Fanni puis d'ajuster Mandanda du pied droit à hauteur du point de penalty.

Heureusement pour eux, les Marseillais ont su retrouver leurs fondamentaux juste après la pause et, à l'heure de jeu, Thauvin, servi en retrait par Gignac depuis la droite de la surface de réparation, a placé une imparable frappe du plat du pied gauche sous la barre de Belon. La soirée s'emballait enfin et l'OM retrouvait un semblant de sérénité... Mais l'arbitre a douché l'enthousiasme d'un Vélodrome incandescent en sanctionnant Romao d'un deuxième jaune sévère à un quart d'heure du terme. Ce qui a valu aux Olympiens une fin de match stressante, symbolisée par l'arrêt crucial de Mandanda face à un Touzghar complètement seul dans sa surface à la 97e.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter