Après 29 ans d'attente, l’Algérie remporte une seconde Coupe d’Afrique des nations

Football
CHAMPIONS - En battant le Sénégal au Caire en finale de la CAN, l’Algérie a remporté le deuxième titre de champion d’Afrique de son histoire, après celui de 1990. C’est son premier sacre à l’extérieur du pays, quand bien même le dernier match n’était pas son meilleur.

Et de deux ! Vendredi 19 juillet, l’Algérie a remporté la deuxième Coupe d’Afrique des nations de son histoire, après avoir battu 1-0 en finale le Sénégal. Au Caire, les Fennecs se sont donc de nouveau imposés face aux Lions de la Teranga, déjà dominés en poules. Une performance, alors même que les Sénégalais sont les meilleurs du Continent au classement Fifa.


La sélection algérienne quitte l’Egypte avec le titre de champion d’Afrique, après un tournoi maîtrisé même si la finale n’était pas le plus beau match. L’Algérie l’emporte grâce à un but d'entrée de Baghdad Bounedjah (2), aidé par le défenseur sénégalais Salif Sané qui a dévié sa frappe. Malgré toute la tension d'une finale heurtée, et le stress d'une intervention de l'assistance vidéo à l'arbitrage (VAR), ils ont tenu le choc pour toucher l'or, à nouveau.

Le Sénégal a dominé, mais a tenté en vain d’égaliser, se heurtant à chaque fois à une forteresse. Le match passé à tourner autour du but de Raïs M'Bolhi leur laissera forcément des regrets, eux qui voulaient remporter leur premier titre. Les Sénégalais ont payé très cher la suspension de leur roc Kalidou Koulibaly, dont le remplaçant Sané a provoqué le but de Bounedjah.

   

Leur destin aurait pu basculer à la 60e, quand l'arbitre Alioum Alioum a sifflé penalty pour une main d'Adlène Guedioura. Mais après trois minutes de visionnage de la VAR, le Camerounais est revenu sur sa décision, jugeant le geste involontaire - comme un symbole de la malchance des Lions, souvent favoris mais jamais sacrés.

Les Algériens, eux, ont sprinté vers le virage en blanc et vert au coup de sifflet final, tandis que leur sélectionneur, Djamel Belmadi, s’écroulait sur la pelouse. Lui qui avait récupéré une équipe moribonde a su créer en moins d’un an une machine à gagner : "Ce n'est peut-être pas notre meilleur match sur le contenu. Mais on reste la meilleure attaque (13 buts), et la meilleure défense du tournoi (2 buts) avec le Sénégal. La victoire finale est méritée au regard du tournoi", a-t-il déclaré après le triomphe de son équipe.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter