VIDÉO - Saint-Étienne-Monaco : ça a (totalement) dégénéré entre les supporters et les CRS à l'extérieur du stade

DirectLCI
RIEN NE VA PLUS - De sérieux incidents ont éclaté vendredi soir devant Geoffroy-Guichard, après la nouvelle déroute de l'AS Saint-Étienne battue par Monaco (0-4). Des individus ont tenté de forcer une entrée du stade tandis que d'autres s'en sont pris aux forces de l'ordre en lançant des bombes agricoles et des fumigènes.

Verts de honte. Sur le terrain, l'AS Saint-Étienne a (une nouvelle fois) touché le fond. Vendredi soir, en ouverture de la 18e journée de Ligue 1, les Stéphanois - qui n'ont plus gagné le moindre match depuis le 14 octobre dernier et un succès contre Metz - se sont montrés incapables de relever la tête, humiliés à domicile avec une nouvelle défaite 4-0 face à Monaco.


Mais la crise sportive dans laquelle est engluée l'ASSE fait aussi des ravages loin du rectangle vert. Alors que les deux kops nord et sud du Chaudron étaient frappés de huis clos après les incidents survenus lors du derby Sainté-Lyon le 5 novembre (0-5), des incidents entre forces de l'ordre et supporters ont eu lieu avant la rencontre au pied de la tribune Henri-Point, face à la tribune d'honneur, retardant de fait l'entrée des spectateurs à temps pour le coup d'envoi.

Bombes agricoles et fumigènes contre lacrymo

Après la déculottée encaissée par les Verts, la tension n'est pas redescendue. Les CRS se sont positionnés devant le vestiaire de l'équipe stéphanoise pour éviter tout débordement. 


Pendant ce temps, de nouvelles échauffourées ont éclaté à l'extérieur de Geoffroy-Guichard, comme ont pu le constater nos confrères de Téléfoot. Des incidents entre supporters et forces de l'ordre ont repris au pied de la tribune Pierre-Faurand, celle des officiels et de la presse. Quelques individus ont cherché à pénétrer dans les coursives de l'enceinte sportive en forçant les grilles. En vain. Des bruits de bombes agricoles ont également été entendus près de la sortie du bus monégasque. Une fois la foule dispersée, au bout d'une demi-heure, les deux équipes ont finalement pu quitter le stade sous bonne escorte. Quatre policiers ont été blessés "Dont un, blessé à une main, qui s'est vu prescrire trois semaines d'Interruption totale de travail (ITT)", a précisé à l'AFP le sous-préfet de permanence.

En réaction à ces événements, la Fédération et la Ligue de football ont déploré samedi les "ratés" et "dérapages", notamment autour du président de l'ASSE Roland Romeyer, descendu sur la pelouse pour contester l'arbitrage. "Malheureusement, il y a encore des ratés, pas plus tard qu'hier (vendredi, ndlr) effectivement, nous sommes tout à fait conscients des ratés qu'il a
pu y avoir", a expliqué la présidente de la LFP Nathalie Boy de la Tour. "Il y a des ratés, et il y en aura encore beaucoup : nous gérons de l'émotion, de l'humain, (...) dans un climat de tension compétitive permanente. Ceci n'excuse rien, et j'appelle les présidents, l'ensemble des acteurs du jeu à être vigilants, à rester conscients de notre responsabilité".


Outre ce rappel sportif, ces nouveaux incidents impliquant des supporters à la sortie du stade ne devraient pas rester impunis. Des sanctions sont attendues.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter