Son avenir, sa vision du football... L'interview intégrale de Michel Platini dans "Le 20H Le Mag"

Football

Toute L'info sur

Le 20h Le Mag

EXCLUSIF - Son avenir, sa vision du football, sa mise à l'écart... La légende du ballon rond Michel Platini s'est confiée à Gilles Bouleau dans "Le 20H Le Mag" ce mardi, lors d'un entretien exceptionnel réalisé dans sa ville natale de Joeuf en Meurthe-et-Moselle.

Il a longtemps gardé le silence. Après avoir été interdit d'exercer toute activité liée au football pendant quatre ans, la légende du football français Michel Platini, anciennement président de l'UEFA, s'est confiée à Gilles Bouleau dans "Le 20H Le Mag" à l'occasion de la sortie de son livre "Entre nous". Depuis sa ville natale de Joeuf, il évoque notamment son avenir, sa vision du football ou ses "quatre ans de combat" contre une injustice. Outre l'entretien diffusé sur TF1, nous vous proposons en tête de cet article une version intégrale. 

Quand le présentateur du 20H de TF1 demande à l'ancien numéro 10 s'il compte passer les trois ou quatre prochaines années de sa vie à l'écart de toute activité liée au football, la réponse est... prudente. "Je ne sais pas, il y a beaucoup de pistes, beaucoup de choses, il faut que je vois si j’ai envie de le faire. Le but, c’est de me dire, si je le fais, je le fais à fond. C’est compliqué" indique de manière évasive la légende du foot français, avant de démentir, avec un sourire malicieux, les rumeurs d'éventuels contacts avec des clubs européens tels que le PSG ou la Juventus Turin : "On voit mon nez qui grandit (rires)." Une façon d'avouer à demi-mots les contacts, sans pour autant ouvrir la porte à une de ces possibilités : "Un club, cela me semble compliqué."

Lire aussi

J’ai passé quatre ans à me battre contre une injustice.- Michel Platini dans "Le 20H Le Mag"

Une instance ? La FFF ? "La FFF, ce n’est pas maintenant, c’est dans un an et demi mais on a le temps de réfléchir" répond Platini, toujours muni d'un sourire pouvant laisser penser à un retour prochain. "Il faut avant tout que je me mette dans la tête que je veux faire quelque chose. J’ai passé quatre ans à me battre contre une injustice. Maintenant je dois penser à ce que j’ai envie de faire. C’est moi qui déciderais, avec l’avis de ma femme et de mes enfants" poursuit-il.

Avant de revenir sur sa mise à l'écart du monde du football : "J’ai souffert un mois. Un mois, le temps que je me rende compte que c’était un complot pour ne pas que j’aille à la FIFA. Après, je me suis battu pour essayer de prouver mon innocence, ce qui a été fait par la justice suisse qui m’a complètement blanchi de tout ça."

Voir aussi

Si j’avais été là, il n’y aurait pas eu la technologie dans le football.- Michel Platini dans "Le 20H Le Mag"

"Le complot a pris effet, et ils m’ont écarté pendant 4 ans de tout. Et 4 ans, c’est beaucoup. Retourner dans un monde 4 ans après c’est compliqué, car beaucoup de personnes sont parties" concède Michel Platini, tout en s'interrogeant sur les raisons d'un retour dans le monde du football, notamment à la FIFA : "Ne revenir que par vengeance, je pense que c’est encore plus difficile." "Je suis trop fier pour pouvoir dire que j'ai fait des conneries. Trop fier, trop orgueilleux" ajoute-t-il.

Le triple Ballon d'Or est également revenu sur l'ancien président de la FIFA, Sepp Blatter, désigné comme un des ses "bourreaux" : "Sepp Blatter a été un très bon président de la FIFA, mais il a mal fini. (…) Il m'a fait chuter, mais d'autres m'ont enterré." Si pendant ses quatre ans de mise à l'écart, "Platoche" s'est senti soutenu par son entourage, il n'a pas senti le même soutien de la part des instances françaises du football : "On m’aime bien, mais de loin. On ne me l’a pas dit mais on le sent, on le ressent." 

En vidéo

Le 20H Le Mag [...] du 5 novembre 2019

Enfin, l'ancienne figure emblématique est revenue sur sa vision du football actuel, et notamment ce qui aurait été différent sous sa responsabilité : "Si j’avais été là, il n’y aurait pas eu la technologie dans le football. (...) Aujourd’hui, il y a beaucoup, beaucoup, beaucoup d’argent dans le football. Tant mieux, mais comment le répartir, je ne sais pas. Le jeu appelle les enjeux, et en ce moment, on est davantage dans les enjeux que dans le jeu. Il faut faire très attention à protéger le jeu et sa popularité."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter