Vladimir, hooligan russe : "nous sommes venus démontrer que les Anglais sont des fillettes"

Vladimir, hooligan russe : "nous sommes venus démontrer que les Anglais sont des fillettes"
Football
DirectLCI
EURO 2016 - Joint par l'AFP, Vladimir, hooligans russe de 30 ans, a accepté de s'exprimer sur les motivations des terribles affrontements, survenus samedi en marge de la rencontre opposant l'Angleterre à la Russie. Une réalité glaçante.

"On fait ça pour le sport... perdre contre eux revient à perdre notre honneur". Le décor est planté, leur match à eux se déroule sur les pavés et non sur un terrain. Eux, ce sont les hooligans. Vladimir, en est un, côté russe, il a participé au chaos qui a gagné les rues de Marseille samedi dernier. Difficile pourtant de l'imaginer en fauteur de trouble. Vladimir, 30 ans, est responsable de relations publiques pour une entreprise à Moscou et partage sa vie avec une femme et deux enfants.

"On est tous venu pour ça"

Pourtant, il n'a pas hésité à traverser l'Europe le jour du match, comme 150 de ses compatriotes, les plus costauds, "juste pour se battre". Il estime le nombre total de hooligans venus de son pays entre 500 et 600. Au départ, Russes et Anglais ne forment qu'un seul groupe, dont la colère est dirigée vers un but commun "attaquer pour se venger des Arabes" dit-il. Puis il ajoute :  "Je ne dirais pas que c'est du racisme, mais c'est vrai que c'est plus facile pour les Russes et les Anglais de s'attaquer ensemble aux Arabes, c'est une sorte de solidarité".

À LIRE AUSSI >>  Le hooliganisme de 1998 à nos jours

"Perdre contre les Anglais revient à perdre notre honneur"

Très vite pourtant, les Russes se retournent contre les Anglais, et les alliés d'un instant, redeviennent les ennemis de toujours. Pour Vladimir la raison est simple : "Les Anglais disent toujours qu'ils sont les seuls hooligans. Nous sommes venus démontrer que les Anglais sont des fillettes". Les Russes veulent aussi prouver une chose, eux se battent "avec honneur... nous, nous n'utilisons jamais des armes improvisées, seulement nos poings. Tandis que les Anglais utilisent des chaises, des bouteilles".

EN SAVOIR PLUS >> Plusieurs jugements contre des gardés à vue

"Rien ne les arrêtera"

Vladimir poursuit par la description du portrait type d'un hooligan russe : "entre 20 et 30 ans, sportif, amateur de boxe et de tout genre d'arts martiaux" et "si vous voyez quelqu'un avec un drapeau russe ou un tee-shirt aux couleurs de la Russie, ce n'est jamais un hooligan", ajoute-t-il. "Nous devons nous fondre dans la foule".
L'UEFA a prévu de sanctionner lourdement tout futur débordement, menaçant même, d'exclure les sélections nationales anglaises et russes de la compétition. Mais Vladimir offre une dernière révélation glaçante : "les ultras russes ne changeront pas de comportement... rien ne les arrêtera". Même s'il pense que les prochains matchs seront plus calmes. 

EN SAVOIR PLUS >> L'Angleterre et la Russie menacés d'exclusion par l'UEFA

Attention, certaines images peuvent heurter la sensibilité. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter