Wenger - Blanc : leur avenir tient à une Coupe

Wenger - Blanc : leur avenir tient à une Coupe

Football
DirectLCI
MERCATO - Au même titre que la Coupe de la Ligue qui se disputera entre le PSG et l'OL samedi, Arsenal jouera gros en finale de Cup (le 17 mai). Pour les entraîneurs Laurent Blanc et Arsène Wenger, un échec pourrait précipiter leur départ.

Ce n'est aucunement un secret en Europe : Arsène Wenger est un pilier, un boss, une institution à Arsenal. Au club depuis 1994, le manager alsacien connaît une carence de titres avec son club depuis 2005 et une Cup... Si les supporters pouvaient rêver d'un titre il y a encore un mois, ils devront se contenter d'une finale, samedi 17 mai face à Hull City. C'est déjà ça, diront les plus optimistes : la conquête à la quatrième place, face au rival Everton, semble être un autre défi qu'Arsenal devra relever...

Une fois n'est pas coutume, la fin de saison des Gunners est mouvementée, et la maison Arsenal est chamboulée. La très difficile victoire samedi dernier en demi-finale de Cup face à Wigan (club de D2) a eu une allure de défaite tant la manière n'y était pas. Menés au score tout le match, les coéquipiers de Mertsacker sont revenus à quelques minutes de la fin sur un but de ce dernier, avant de l'emporter aux tirs aux buts. On a connu Arsenal plus flamboyant.

Wenger pour remplacer Blanc au PSG ?

Si le club venait à perdre la finale de la Coupe, tout en restant en cinquième position en championnat (synonyme de Ligue Europa), le statut d'Arsène Wenger serait (un peu plus) fragilisé. Si on sait qu'il est presque intouchable puisque présent depuis un peu plus de 1 000 matchs, on se demande si les dirigeants oseraient lui montrer le chemin de la porte. D'une certaine manière, il pourrait partir volontairement ou pas : c'est lui qui a les cartes en main, puisqu'il réfléchit toujours à sa prolongation de contrat, qui se termine en juin prochain. Le week-end dernier, Wenger affirmait que cette finale allait être un tournant. Mais pour qui ?

Laurent Blanc a des soucis similaires. À son arrivée, ses dirigeants lui avaient fixé une condition : faire mieux que la saison précédente (à savoir le titre de champion de France, un quart de finale de C1). Si  le PSG perdait sa finale de la Coupe de la Ligue contre Lyon samedi prochain, ce contrat ne serait pas respecté et "le président" atterrirait sur un siège éjectable .

Même si Laurent Blanc s'en tire plutôt bien sur l'année (bonne gestion des stars, installation d'un plan tactique solide après Ancelotti) et qu'une prolongation est aussi envisageable, il faut savoir que les dirigeants du PSG aimeraient toujours attirer Arsène Wenger au club. Ce dernier avait déjà refusé l'offre parisienne l'année dernière. Les possibilités financières, et l'idée d'un nouveau départ convaincront-elles un coach à l'ancienne, fidèle à son club tel un Sir Alex Ferguson ? L'issue des deux Coupes déterminera l'avenir des deux hommes.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter