"Yoann Gourcuff ne veut pas être vu comme une solution magique aux problèmes", selon son avocat

Football
INTERVIEW - Annoncé à Bordeaux, à Rennes ou à Arsenal, Yoann Gourcuff, en fin contrat avec l'OL, n'a encore signé nulle part. Alors que les stages de préparation de la prochaine saison vont vite arriver, l'avocat Didier Poulmaire, qui gère ses intérêts, nous donne de ses nouvelles.

Y a-t-il une chance que Yoann Gourcuff débute la saison sans club ?
On a déjà reçu plusieurs marques d'intérêt de clubs voulant le recruter. Mais aujourd'hui, il veut prendre le temps de bien analyser ces offres. Il n'y a pas d'urgence non plus. Le mercato a commencé depuis peu de temps (le 9 juin, ndlr). Il est à un tournant de sa carrière et c'est donc important qu'il réfléchisse bien à ce qu'il va faire. Ne pas se précipiter sur les premières offres, c'est plutôt une preuve d'intelligence. Sinon, il serait déjà dans un club brésilien ou ailleurs.

Les offres qu'il a en main sont-elles déjà susceptibles de l'intéresser ou est-ce qu'il temporise parce qu'il en attend d'autres ?
Il y a déjà un certain nombre de clubs qui ont officiellement pris position. Il y aussi des discussions que je mène actuellement et sur lesquelles je me dois de garder la confidentialité.

Privilégie-t-il plutôt la Ligue 1 ou une piste à l'étranger ?
Yoann recherche un environnement propice à son épanouissement. Il ne veut pas être présenté comme celui qui va bouleverser l'équipe dans laquelle il arrive. On veut prendre le contre-pied de la starisation qui est souvent faite autour de lui.

Plutôt à l'étranger, donc ?
Non, ce n'est pas une condition. On discute aussi avec les clubs français. J'ai même été surpris de constater à quel point ils étaient en phase avec cette attente.

On parle beaucoup de Bordeaux et de Rennes. Dans ces clubs-là, comme dans la plupart des clubs de Ligue 1, il se trouverait fatalement mis en avant, non ?
Non non, ce sont les clubs eux-mêmes qui assurent que, quand il arrivera, il ne sera pas présenté comme la star, mais simplement comme un joueur lambda. Les clubs français comme les clubs étrangers avec lesquels je discute ont bien conscience que la surmédiatisation dont il a été victime a compliqué les choses.

Mais au regard des effectifs de Bordeaux ou de Rennes, Yoann Gourcuff y ferait forcément figure de leader technique...
(rires) Il faut que vous leur disiez. Ils n'ont pas l'air de votre avis. Aujourd'hui, la manière d'accueillir Yoann doit tenir compte de tout ce qui a pu se passer ces dernières années, notamment son arrivée à Lyon (contre 22 millions d'euros, transfert record entre clubs de Ligue 1, ndlr). Plus son arrivée se fera discrètement, sans tapage, moins il y a de risques que ça crée des perturbations.

Vous parlez d'une forme de protection médiatique...
Non, juste du fait de remettre les choses à leur place. C'est un joueur de football professionnel. Il a du talent mais d'autres en ont. Et lui a toujours vécu à travers la manière dont il peut faire jouer ses coéquipiers. Le football moderne aime bien créer des stars mais Yoann, c'est une anti-star, quelqu'un qui se met au service d'un collectif. Il veut que ce soit dit haut et fort à son arrivée dans son nouveau club. Il ne veut plus jamais être mis en avant au détriment des autres.

Est-ce que cet aspect-là est son critère prioritaire ?
Non, au-delà de la communication, son critère prioritaire, c'est d'avoir la conviction qu'il va pouvoir apporter beaucoup à sa prochaine équipe. Que l'environnement sera sain. Sur le plan sportif, il veut à la fois une vision très claire de ce qui lui est proposé et de comment il pourra apporter sa pierre à l'édifice. Ça doit être du donnant-donnant.

Faire partie d'un effectif comptant de nombreuses stars n'est-il pas plus propice au fait de passer inaperçu ?
Pas nécessairement. C'est plus une philosophie de club, la manière dont les dirigeants et l'entraîneur considèreront Yoann. C'est un garçon très humble. Il ne veut pas être vu comme une solution magique aux problèmes, ce serait en contradiction avec sa personnalité. Il souhaite donc surtout être intégré dans un club en phase avec ce qu'il est.

L'Euro 2016 se jouera dans un an , le prendra-t-il en considération au moment de faire son choix ?
Dans le monde du football, beaucoup de gens y pensent pour lui. Mais lui n'en parle pas. En tout cas, son choix ne se fera pas en fonction de l'exposition ou de la compétitivité d'une équipe en vue de cette échéance. Il aura seulement en tête de réussir une belle saison et de retrouver le plaisir de jouer avec les autres. C'est tout ce qui l'anime aujourd'hui.  

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter