Zinedine Zidane revient sur la panenka de son fils Luca : "Il a joué avec le feu"

Zinedine Zidane revient sur la panenka de son fils Luca : "Il a joué avec le feu"

DirectLCI
FOOTBALL - L'ex-numéro 10 de l'équipe de france a évoqué la folle séance de tirs au but de la demi-finale de l'Euro des moins de 17 ans où son gardien de fils s'est illustré, s'épanchant aussi sur leur relation.

Un gardien qui arrête trois tirs au but dans une même séance est déjà très rare. Un gardien qui s'en va lui-même en tirer un avant la mort subite consécutive à une égalité après les cinq premières tentatives l'est tout autant. Le faire d'une panenka, ce petit lob en plein centre du but visant à humilier le portier adverse que n'osent pas même pas tenter la plupart des joueurs de champ, dans un moment aussi crucial, est encore plus singulier. Mais alors quand on combine le tout en y ajoutant la pression d'être le rejeton de l'un des plus grands joueurs de l'histoire, cela devient de l'ordre du mythique. C'est peu dire que Luca Zidane a marqué les esprits le 19 mai en demi-finales de l'Euro U17. Mais au fait, qu'en a pensé son père, Zinedine, auteur, lui, d'une panenka en finale de Coupe du monde ?

"S'il a voulu faire comme moi ? Mais lui, il l'a manquée (rires). Il a joué avec le feu et il a raté, s'en amuse ZZ ce mardi  dans les colonnes du Parisien . Il a eu envie de tenter le geste mais je ne pense pas que c'était prémédité. Comme il l'a manqué, derrière, il avait plutôt intérêt à arrêter des tirs au but !" Une manière de souligner la spontanéité plutôt que le culot de Luca Zidane sur le moment. Ainsi qu'une folie plus propre à la singularité du poste gardien qu'à un quelconque héritage familial.

Comme Zinedine, "Luca ne parle pas beaucoup"...

Après avoir  entraîné son aîné Enzo cette saison au sein du Castilla , l'équipe réserve du Real Madrid, Zinedine Zidane assiste donc à l'ascension footballistique soudaine de son cadet. Et il le vit plutôt bien. "Je suis un peu jaloux... Moi, à 17 ans, je n'étais pas champion d'Europe, blague-t-il encore. Plus sérieusement, je suis content pour lui. C'est mon fils, il est champion d'Europe, c'est beau. Mes fils connaissent évidemment mon histoire. Ils savent... À la maison, on discute beaucoup. C'est bien aussi que Luca puisse me raconter ce qu'il a vécu de l'intérieur. Même s'il ne parle pas beaucoup, il m'a quand même dit l'essentiel." Dire que l'histoire ne fait que (re)commencer...

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter