Jules Bianchi : "On veut juste que sa mort soit respectée", réclame son père

Jules Bianchi : "On veut juste que sa mort soit respectée", réclame son père

DirectLCI
FORMULE 1 - Deux ans après l'accident qui a coûté la vie à Jules Bianchi sur le circuit du Japon, son père Philippe attend toujours des réponses claires sur les circonstances de la mort de son fils. Dans un entretien à Canal + ce mercredi, il pointe notamment l'attitude de la FIA, à qui il a intenté un procès.

Toujours aucune réponse et la colère s'ajoute à la tristesse. Deux ans après la mort de Jules Bianchi, Philippe, son père est encore dans l'attente. Deux ans après l’accident qui a coûté la vie au pilote français de F1, la famille ne sait toujours pas avec exactitude ce qu’il s’est passé ce dimanche 5 octobre 2014 sur le tracé du Grand Prix du Japon.

"Pourquoi Jules est arrivé aussi vite ? Pourquoi il a eu une absence de réaction puisqu’il n’a pas cherché à prendre le virage du tout ?", explique Philippe Bianchi dans un entretien accordé à Canal+ diffusé ce mercredi. "Il est évident que l’on a cherché à comprendre parce  les éléments que l’on nous avait donnés n’étaient pas suffisants. Bien évidemment, on a identifié clairement qu’il y avait des erreurs importantes de faites."

On a demandé un certain temps les images de la caméra embarquée... On n'a jamais réussi à les avoir"Philippe Bianchi

Face aux éléments qui ne l’ont pas satisfait, le papa de Jules Bianchi a décidé d’intenter une action en justice contre la FIA. Deux ans après l'accident fatal entre sa monoplace et un tracteur sur qui a causé la mort de son fils, il a comme une impression qu’on lui "cache quelque chose" alors qu'il attend toujours les images de la caméra embarquée située dans la monoplace de son fils au moment de l'accident. 

"On a demandé un certain temps les images de la caméra embarquée de Jules par exemple, les images officielles de la FOM, pour comprendre ce qu’il s’était passé et on n’a jamais réussi à avoir les images. (...) On veut juste que la mort de Jules soit respectée." Et de confier qu'il n'a plus regardé un seul Grand Prix depuis le jour funeste de la disparition de son fils.

De son côté la FIA, a fait sa propre enquête en missionnant une entité indépendante, qui a fini par dédouaner la fédération. Une conclusion que n'accepte pas le père du pilote niçois : "Des enquêteurs indépendants ? Pas vraiment puisque les gens qui composaient cette commission ont tous un lien avec la FIA. Je ne suis pas d’accord du tout avec ce qui a été dit et c’est pour ça que je n’en reste pas là, j’aurais voulu d’autres."

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter