2013, sixième année la plus chaude... et ce n'est qu'un début !

2013, sixième année la plus chaude... et ce n'est qu'un début !

DirectLCI
METEO - L'an dernier, les températures moyennes sur la planète ont été un demi-degré supérieures à la normale. Et les perspectives sur les prochaines décennies montre que le phénomène va perdurer.

A peine entamé, le 21e siècle compte déjà 13 des 14 années les plus chaudes jamais observées. Et 2013 en fait partie, puisqu'elle a été la sixième année la plus chaude, a annoncé mercredi l'Organisation météorologique mondiale (OMM). Des données plaçant clairement les climato-sceptiques, qui réfutent le réchauffement climatique, sur la liste des espèces menacées.

Avec une température moyenne sur la planète supérieure de 0,5°C à la normale, 2013 se place ex-aequo avec 2007. Le record étant toujours détenu par 2010 et 2005, durant lesquelles la température avait dépassé de 0,55°C la normale. Un demi-degré, ça paraît peu. Mais en tout, depuis l'époque pré-industrielle, la Terre a déjà gagné 0,8°C, rappelle le dernier rapport du groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC). Et à l'échelle de l'évolution des climats, c'est énorme, et très rapide.

Plus de pluies dans le Nord de l'Europe

"La température moyenne de 2013 confirme la tendance au réchauffement sur le long terme", souligne le secrétaire général de l'OMM, Michel Jarraud. En cause, toujours : les activités humaines, émettrices de gaz à effet de serre, au premier rang desquels le dioxyde de carbone. Or les scientifiques anticipent déjà que la concentration en CO2 va encore augmenter de 50 à plus de 100% d'ici la fin du siècle. Conséquence : la température moyenne globale risque d'augmenter, d'ici là, de 1,1 à 6,4°C selon les scénarios.

Et dans les prochaines décennies, qui nous concernent directement ? "Vu les concentrations de gaz à effet de serre qui sont mesurées dans l'atmosphère, la hausse des températures va se poursuivre sur plusieurs générations", prévient Michel Jarraud. En clair, ce réchauffement-là est déjà enclenché, et adviendra quels que soient nos efforts pour limiter la pollution. Un phénomène qui ne sera pas uniforme sur toute la planète.

Selon le Giec, le Nord de l'Europe devrait par exemple s'exposer à une intensifications des fortes pluies. Un phénomène que la France a déjà pu observer ce mois de janvier, durant lequel les précipitations ont été supérieures à la normale de 40%, selon Météo France. Côté températures, janvier a tout simplement été le plus chaud depuis 1900, (à égalité avec 1936 et 1988) : 2,7°C de plus que la moyenne. Les Français semblent donc aux premières loges pour juger du réchauffement mondial.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter