A Calais, des médiateurs pour calmer les rixes entre migrants

FRANCE
IMMIGRATION – Pour mettre fin aux violentes bagarres entre migrants d'origines éthiopienne et érythréenne, lundi et mardi, la sous-préfeture de Calais a fait appel à des médiateurs du Secours Populaire. Selon l'association Salam, ces violences réflèteraient une recomposition des territoires par la force.

"La tension monte à cause de la redistribution des territoires." Jean-Claude Lenoir est président de Salam, la principale association qui vient en aide aux migrants de Calais, qui rêvent de partir en Grande-Bretagne. Il est l'un des témoins privilégiés des violentes rixes qui s'enchaînent depuis lundi.

Mardi, le sous-préfet de Calais a fait appel au Secours catholique, afin que l'association humanitaire intervienne comme "médiateur". Le but : faire baisser les tensions entre migrants . Les meneurs des deux groupes en conflit ont été ainsi été entendus. En août dernier, cette méthode avait mis fin à de nombreuses bagarres entre Érythréens et Soudanais.

Un quartier bouclé par les CRS

Le quartier de la zone industrielle des Dunes, où se sont produites les rixes entre migrants d'origines éthiopienne et érythréenne armés de bâtons, qui ont forcé les CRS à intervenir, a été bouclé mardi par les forces de l'ordre. Une dizaine de personnes y ont été légèrement blessées. 

"Ce sont des tensions cycliques, indique à metronews Jean-Claude Lenoir. Lorsque le nombre de chaque nationalité évolue, la distribution des parkings, où l'on peut embarquer dans des camions, est rééquilibrée. Et cela se fait par la force, car il y a beaucoup d'argent en jeu."

Sur le même sujet

Lire et commenter