A Clisson avec le Hellfest, le métal se transforme en or

A Clisson avec le Hellfest, le métal se transforme en or

France
DirectLCI
CULTURE – A Clisson, habitants et commerçants se sont mis au métal. Car le festivalier métalleux, sous sa dégaine de rockeurs anarchiste, n’hésite pas à mettre la main au porte-monnaie.

Des hordes de fans. Repérables à leur look noir et cuir, très travaillé. Cheveux longs, tee-shirt siglés, tatouages sur les mollets, les bras, les épaules, le dos... Ils sont 150 000 métalleux, venus de l’Europe entière , à avoir installé pendant trois jours leur campement dans la petite ville de Clisson, 7 000 habitants à l’année. Bienvenue au Hellfest, le festival de musiques extrêmes.

Mais cette invasion est bien vue dans le bourg. A la gare, les taxis clissonnais réceptionnent les arrivants. "On fait des allers-retours pendant trois jours", raconte l’un d’eux. Deux euros par passagers, pour une fourgonnette de huit places… le calcul est vite fait : un bon business. En ville, commerces et restaurants ont aussi compris leur intérêt : décorations et animations sont de sortie, pour dorloter les festivaliers venus prendre l’air en journée. Le café des Halles, en plein coeur du bourg, ne désemplit pas. Louis, le gérant, a préparé 40 futs de bière. Et sorti le tee-shirt Hellfest, même s’il confie être plutôt rock que métal. "Les festivaliers dépensent beaucoup, pour tout", reconnaît-il. "Mais surtout, ils ont un comportement exemplaire, très poli. L’ambiance est géniale, comme une troisième mi-temps de rugby."

Un festivalier dépensier

Le festivalier métalleux est en effet réputé pour être un bon client. "Il est souvent trentenaire, de CSP +, aime collectionner, tee-shirt, souvenirs. Il peut dépenser jusqu’à 500 euros", raconte Alexxx, chargé de production du festival. Alexandre, Fabrice, Aymeric et David sont venus de Paris pour faire une cure de metal. "Rien que le pass trois jours coûte 190 euros", racontent-ils. "C’est déjà un budget que tout le monde ne peut pas s’offrir." D’autres, comme Guillaume et Olivier, ne regardent pas à la dépense. Ils préfèrent les restaurants au sandwich, l’hôtel au camping et boissons au bar plutôt qu’au supermarché.

"Tous les hébergements touristiques, chambres d’hôtes et hôtels, soit environ 2 500 places, sont complets depuis plusieurs semaines", confirme l’office de tourisme qui a même installé, signe des bonnes relations avec le Hellfest, un point information au cœur du site pour y faire la promotion du territoire. L'idée étant de profiter d'un événement toujours plus populaire, le festival a attiré cette année 30% de public en plus qu’en 2013.

 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter