A la recherche des dauphins et baleines du sanctuaire Pelagos

A la recherche des dauphins et baleines du sanctuaire Pelagos

DirectLCI
NATURE – L'association SOS Grand Bleu organise tous les jours des sorties en mer pour découvrir les cétacés qui évoluent au large des côtes azuréennes. Une excursion ludique et instructive.

Le Santo Sospir, charmant deux-mâts de l'association SOS Grand Bleu , vogue maintenant à 6 milles au large de Monaco. Cette réplique d'un gréement traditionnel turc du XVIème siècle embarque d'avril à novembre jusqu'à 6.000 visiteurs par petits groupes d'une dizaine de personnes pour des journées de découverte des cétacés de Méditerranée. Une parenthèse au cœur du "sanctuaire Pélagos", cet espace marin grand comme trois fois la région Paca, qui forme un losange des îles d'Hyères près de Toulon au nord de la Sardaigne et jusqu'à Rome.

Ce mardi, la mer est d'huile et le soleil au zénith quand Arnaud, le skipper-animateur, annonce : "Dans sept sorties sur dix nous voyons des mammifères marins". Les chances sont réelles d'observer des "Grands dauphins", visibles près des côtes, des "Dauphins bleu et blanc", espèce "pélagique" qui n'évolue qu'au large, et pourquoi pas un Cachalot plus grand que le bateau ou un "Rorqual commun", la baleine présente en Méditerranée. Mais Arnaud prévient aussi : "On n'est pas au Delphinarium !" Les excursions organisées par l'association respectent la charte Pelagos. Elles n'ont recours à aucun moyen de détection aérien ou hydrophone pour repérer les cétacés.

Bout de bois ou aileron ?

Alors, il faut ouvrir l'œil ! Et avoir une sacrée vue pour repérer, après quatre heures de navigation, ce petit point noir qui apparaît et disparaît à l'horizon, sur bâbord… "Ca ressemble à un morceau de bois" calme illico le skipper… qui change de cap pour en avoir le cœur net. Au téléobjectif, la forme d'un aileron se dessine. Sur le pont du Santo Sospir, toutes les hypothèses fusent jusqu'à ce qu'Arnaud tranche enfin : c'est la nageoire d'un poisson-lune ! Un paisible mangeur de méduses aux mensurations impressionnantes de plus d'un mètre et près de 40 kg. Ce n'est ni un cétacé ni un requin, avec lequel il est couramment confondu à cause de sa nageoire fendant l'eau comme un aileron.

Il est déjà l'heure pour le grand voilier de regagner son port d'attache de Saint-Jean-Cap-Ferrat avec à bord des cartes mémoires pleines de photos de poisson-lune et un ballon d'hélium décoré de Schtroumpfs, repêché à l'épuisette. Un "macrodéchet" qui ne finira pas dans l'estomac d'un dauphin ou d'une baleine, dont il pourrait provoquer la mort par occlusion ou empoisonnement. A défaut d'avoir observé un grand mammifère marin, cette journée en mer aura peut-être permis d'en sauver un !

Tarifs : 55 euros la journée, 38 euros pour les enfants.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter