A Lille, les boutiques de cigarettes électroniques font un tabac

A Lille, les boutiques de cigarettes électroniques font un tabac

DirectLCI
CONSOMMATION – Depuis environ un an, les lieux de vente de cigarettes électroniques fleurissent dans la métropole lilloise. Une ruée vers l’or qui devrait bientôt atteindre son point maximal concurrentiel. Rencontre auprès de gérants qui ont senti le filon à temps.

C’est un marché en plein essor. Dans la métropole lilloise, on compte déjà pas moins de 17 boutiques de cigarettes électroniques. Et ce chiffre n'est pas près de s'arrêter : deux nouvelles adresses ont vu le jour en décembre et deux autres vont faire leur apparition en janvier.

Dans sa boutique Cig’concept, ouverte il y a seulement un mois dans la rue de Paris à Lille, Arthur Auffranc est conscient que le marché est porteur. "Avec un paquet à 7 euros, de plus en plus de fumeurs viennent désormais chez nous pour tenter d’arrêter, mais ils sont nombreux à adopter ce nouveau mode de consommation, détaille le jeune gérant. Nous vendons en moyenne une dizaine de cigarettes par jour. Ici, nous prenons le temps de les conseiller et de leur faire goûter notre centaine de saveurs (tabac, fruits, ou cocktails comme piña colada ou mojito)."

De nouvelles convoitises

En décembre dernier, les vendeurs de cigarettes électroniques ont obtenu de l’Union européenne une vente libre, à condition qu’elle reste interdite aux mineurs. De quoi attirer de nouvelles convoitises. "Dans le secteur de la rue Gambetta, les boutiques poussent comme des kebabs, se lamente Hamid Ben Boubekeur, propriétaire depuis un an de Bbklope. A la fin du mois, nous serons six, dont trois dans un secteur de 30 m² ! Et ça risque encore de continuer cette année."

Ce marché est en plein essor. En effet, le secteur n'est pour le moment pas la cible des taxes élevées sur le tabac. "Mais cela ne devrait pas durer, remarque Timothée Polfliet, gérant depuis un cinq mois de La Bonne Clope à Roubaix. Les cigarettiers devraient aussi s'y mettre et racheter à terme la plupart des boutiques. En attendant, il y a encore des opportunités à saisir."

Plus d'articles