A Marseille, le bénévolat ne veut plus faire peur

FRANCE
DirectLCI
SOCIETE – La Cité des associations de Marseille organise mercredi une bourse au bénévolat. L’occasion de rencontrer ceux qui font le milieu associatif dans la ville.

Derrière ses lunettes noires, Christiane a les yeux qui pétillent. Surtout, lorsqu’elle parle de son action de bénévole au sein des Petits frères des pauvres . Une des associations que cette pimpante quinquagénaire a rejointe en 2007 et qui participe mercredi lors de la Bourse au bénévolat , sur la Canebière.

"Dans ma famille, on est bénévole de mère en fille", explique-t-elle, précisant que ce qui la motive, c'est : "l’envie d’aider les personnes âgées", souligne-t-elle le ton grave.

"Le bénévolat n’est pas forcément chronophage"

Retraitée, Christiane passe en moyenne trois jours par semaine au sein de l’association qui s'occupe des personnes de plus de 50 ans dans la précarité. Tout le monde ne peut pas se permettre d'être disponible aussi longtemps, reconnait-elle. Mais même si ce n'est que deux heures par semaine, c'est déjà bien. Ça permet de se sentir utile aux autres", assure-t-elle.

"Les nouveaux arrivants ont toujours la crainte d’y passer tout leur temps, mais ce n’est pas forcément chronophage", poursuit André Goncalvès, président de France bénévolat à Marseille. Son conseil : "Il faut commencer par deux heures par semaine. Et si vous vous sentez valorisé, quand c’est gagnant-gagnant, alors on peut s’engager plus loin".

Reste à trouver l’association au sein de laquelle on se sentira bien. "Il ne faut pas que ce soit trop loin de chez soi", suggère André Goncalvès, qui promet d’accueillir et de guider les futurs volontaires lors de la Bourse, qui regroupera une centaine d'organismes.

Bourse au bénévolat, mercredi, de 14 h 30 à 19 heures, à la Cité des association, 93, La Canebière.
 

Lire et commenter