A Marseille, "on ne ressent pas encore la baisse de la délinquance"

A Marseille, "on ne ressent pas encore la baisse de la délinquance"

DirectLCI
SECURITE – Malgré la baisse des chiffres de la délinquance publié en fin de semaine dernière au premier trimestre 2014, les Marseillais peinent à se sentir totalement en sécurité.

"On ne roule pas des épaules, mais on note une évolution des chiffres", constate le directeur départemental de la sécurité publique, Pierre-Marie Bourniquel. Comparées à 2013, les données sur la délinquance, toutes formes confondues, sont effectivement en baisse au 1er trimestre 2014 à Marseille et dans le département.

Symbole le plus marquant : les vols de colliers à l’arraché. Véritable fléau dans le centre-ville il y a deux ans, le phénomène semble se tasser. "C’est en baisse de 70 %, souligne Pierre-Marie Bourniquel donnant un chiffre clé : en avril 2013, on en avait eu 187 vols, cette année on en a 0 pour le même mois". Une chiffre clé pour les forces de police, appuyé par la baisse des vols avec violence (- 30 %, soit 800 faits sur un an) et les vols à mains armées (- 41%).

Les cambriolages en hausse

Des données en amélioration à mettre au crédit des effectifs de police supplémentaire, aux procédures pénales "adaptées" et à la réorganisation des services pour une plus grande efficacité comme la création des brigades VTT ou motorisées. "Nous sommes dans la bonne direction, mais il reste beaucoup à faire", avance avec prudence Pierre-Marie Bourniquel. Une manière de ne pas crier victoire d’autant que le ressenti sur la baisse de la délinquance dans les rues de Marseille est loin d’être gagné.

Sac à main bien collé près d’elle à l’arrêt de bus Préfecture, Yvonne 65 ans, n’y va pas par 4 chemins. "La baisse des chiffres, c’est dans les rêves. S’il y a moins de vols de colliers, c’est parce que plus personne ne porte de bijoux", assure-t-elle. "On ne ressent pas la baisse de la délinquance", ajoute à ses côtés Valérie encore choquée par le cambriolage de l’appartement de son voisin le mois dernier. "C’est le seul voyant qui est au rouge", reconnaît Pierre-Marie Bourniquel constatant une hausse de 4 % des cambriolages, soit 300 de plus qu'en 2013. Il y a en moyennes 2,5 cambriolages de pluss à Marseille, depuis le début de l’année.
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter