A Nantes, l’Université est ultra-connectée

A Nantes, l’Université est ultra-connectée

DirectLCI
INTERNET – Avec le lancement de sa WebTV la semaine dernière, l’Université complète son dispositif numérique : Facebook, Twitter, application mobile, Youtube...

Un petit open space, allée de l’île Gloriette à Nantes. C’est là que se niche le pôle Web de l’Université de Nantes. Ce jeudi, les trois webmasters se préparent pour la conférence de rédaction hebdomadaire. Et ils ont du travail.

L’Université est l’une des plus pointue de France en matière de numérique : le site Internet affiche 10 millions de connexions par an, 10 000 membres sont inscrits sur Facebook, 6 800 sur Twitter et l’application mobile cartonne. Pour diversifier l'offre, une Web TV a été lancée la semaine dernière . "Nous animons les réseaux de contributeurs, repérons les sujets à traiter, allons recueillir les informations…", explique Anne-Christelle Suire, responsable du pôle Web. Rien de ce qui peut intéresser les 33 000 étudiants et le grand public n'échappe à l'équipe.

"Les jeunes n'utilisent plus les mails, il faut aller les chercher ailleurs"

Le directeur de la communication Marc Péron n’est pas peu fier de ce dispositif : "L’enjeu est clair : le site est la vitrine de l’Université, là où les familles et lycéens vont aller chercher des informations." Les réseaux sociaux permettent eux de fédérer une communauté. "C’est une priorité pour l’avenir que nous essayons de construire : garder le lien avec les anciens, pour faire des ponts entre la vie étudiante et le milieu professionnel."

Avec la WebTV , le pôle web s'attaque à un nouveau secteur, celui de la diffusion des savoirs. Conférences et colloques, y sont diffusés. Un rendez-vous hebdomadaire, le jeudi, est aussi programmé, avec l’interview d’un chercheur sur une question d’actualité. Une manière aussi de s'ouvrir davantage et de faire connaître les laboratoires et les projets de recherche.

D'autres innovation sont dans les tuyaux. "Nous suivons de très près les modes de consommations des médias, nous devons constamment nous y adapter pour être en phase avec notre public", explique Marc Péron. "Aujourd'hui, les lycéens ne consultent plus leurs mails. Il faut donc leur apporter les informations ailleurs. Et ne pas être à la traîne !"

Plus d'articles