"Normalement, Daech apporte des preuves" : comment interpréter la revendication des meurtres de Trappes ?

"Normalement, Daech apporte des preuves" : comment interpréter la revendication des meurtres de Trappes ?
FRANCE

REVENDICATION - Une heure après qu'un homme a tué sa mère et sa sœur au couteau à Trappes jeudi 23 août, Daech a revendiqué cet acte, alors que les enquêteurs penchent pour une autre piste. Une revendication dite "opportuniste" qui s'explique notamment par l'évolution de l'organisation terroriste.

Une heure après les faits, l'organisation terroriste Daech a revendiqué l'attaque au couteau à Trappes dans laquelle un homme a tué sa mère et sa sœur, blessant aussi grièvement une passante, ce jeudi 23 août. Mais l'enquête penche pour l'instant vers la piste d'un acte commis par un déséquilibré, sur fond de différend familial. Fiché S, l'assaillant, abattu par les forces de police, souffrait de problèmes psychologiques. 

Dès lors, comment comprendre la revendication de Daech ? Eléments de réponse avec Myriam Benraad, professeure en Sciences politiques à l'Université de Leiden aux Pays-Bas.

LCI.fr : Quand Daech revendique une attaque sans preuves, cela signifie-t-il forcément que l'organisation terroriste n'en est pas à l'origine ?

Myriam Benraad : Normalement, Daech apporte des preuves pour revendiquer un acte terroriste. Ça peut être des vidéos d’allégeance, un testament ou encore des indices exploités à titre posthume par l’organisation terroriste. Là, Daech revendique l’attaque de Trappes sans preuves, mais il est encore trop tôt pour exclure cette piste, il faut attendre l'examen de l'ordinateur de l'assaillant. Écarter la piste terroriste est aussi un moyen d'éviter une "panique morale", c’est un terme utilisé en sciences sociales. L’idée est de rassurer la population sur le fait que c’est un acte qui se range dans les faits divers, en ôtant le caractère terroriste et l’idéologie qui va avec.

LCI.fr : Peut-on considérer que cette revendication est opportuniste ?

Myriam Benraad : Elle intervient au lendemain de l’annonce d’Al-Baghdadi, le chef de l'organisation terroriste, qui relance le message de résilience auprès des "fidèles", les encourage à continuer le combat à travers le monde, et à frapper sans relâche. De plus, la localisation de l'attaque a son importance : Trappes est une ville sensible de banlieue parisienne, il faut donc prendre en compte ces éléments afin de déterminer le lien de cet acte avec l'entreprise terroriste. Maintenant il est tout à fait probable que l'auteur n'ait pas de lien concret avec Daech, mais qu'il se soit radicalisé sur internet, uniquement par la diffusion de consignes, de messages, qui constituent une sorte de philosophie du terrorisme.

LCI.fr : La précipitation de Daech illustre-t-elle son affaiblissement ?

Myriam Benraad : Le groupe organisé, à savoir les combattants et les structures militantes et médiatiques, perd de plus plus de terrain, en Syrie et en Irak. Mais, tout au long de son existence, Daech a diffusé une idéologie qui, aujourd'hui, dépasse l'organisation, qui a fait son chemin et qui peut inspirer n’importe qui à travers le monde... Ainsi, même très affaibli, le groupe Etat islamique a laissé des empreintes assez grandes pour que des gens décident d’adhérer, sans démontrer de lien particulier à sa cause.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter