A Toulouse, l'Institut national polytechnique créé le statut d'étudiant chef d'entreprise

A Toulouse, l'Institut national polytechnique créé le statut d'étudiant chef d'entreprise

France
DirectLCI
EDUCATION – Les écoles d'ingénieurs toulousaines vont mettre en place un programme destiné à faciliter la création de start-up. L'idée est de favoriser l'émergence de nouvelles sociétés et de favoriser l'insertion dans la vie active.

Suivre des cours d'ingénieur tout en créant son entreprise. C'est le programme que pourront suivre à partir de février 2014 des étudiants de l'Institut national polytechnique (INP) de Toulouse.

"L'objectif du statut d'étudiant-entrepreneur est de les aider à monter leur projet professionnel en même temps qu'ils suivent leurs études. Ce sont les mêmes dispositifs que pour les sportifs de haut niveau", confie Alain Ayache, président de l’école nationale supérieure d'électrotechnique, d'électronique, d'informatique, d'hydraulique et des télécommunications (ENSEEIHT), une de sept écoles de l'INP et en charge de ce dossier spécifique au sein de l'INP.

Une vingtaine de dossiers retenus

Il comprendra des aménagements de cursus, comme valider son diplôme sur quatre ans au lieu de trois, ou suivre des cours spécifiques en économie, sur les business plan, les start-up, ou les études de marché.

"Après avoir validé leur diplôme, les étudiants-entrepreneurs doivent avoir leur projet finalisé ou être sur le point d'intégrer un incubateur (une structure où les start-up peuvent se développer, ndlr)", poursuit Alain Ayache. Alors que l'INP clôture les candidatures le 24 janvier prochain, plusieurs dossiers ont déjà été déposés : une commission devrait en retenir une vingtaine en février avant la mise en place du statut en mars. Le mécénat de GDF/Suez à hauteur de 40 000 euros devrait aider à financer le système.

Difficultés à suivre les cours et monter le projet de front

"C'est une bonne initiative", glisse en souriant Alexis Laporte en recevant metronews dans le bureau de sa société installée quartier Jean-Jaurè,s à Toulouse. Diplômé  en 2012, il a créé en 2010 la société Unitag, spécialisée dans le marketing mobile, avec quatre autres étudiants, alors qu'ils suivaient les cours d'ingénieur, avant la mise en place du nouveau statut.  "La difficulté était d'arriver à mener de front les journées de cours et le projet", se souvient le jeune chef d'entreprise. "On faisait ça le soir, mais on manquait de réseaux, de relations et de connaissances du monde de l'entreprise". Des carences qui devraient être gommées pour les prochaines générations.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter