Accident du train des Pignes : voyage au bout de l’enfer

Accident du train des Pignes : voyage au bout de l’enfer

DirectLCI
FAIT DIVERS - Deux morts et neuf blessés : c’est le lourd bilan du déraillement du train des Pignes survenu samedi matin près d’Annot, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Les enquêteurs sont sur place pour comprendre les raisons de la catastrophe.

Vingt tonnes de granit ont fait basculer des vies. Deux morts et neuf blessés, c’est le lourd bilan du déraillement du train des Pignes survenu samedi près d’Annot dans les Alpes-de-Haute-Provence. L’énorme rocher qui s’est décroché en fin de matinée, juste au-dessus de la liaison ferroviaire de montagne Nice-Digne, a frappé de plein fouet l’une des deux rames du train. Plongé dans le vide, le wagon de tête a été retenu par la deuxième rame restée sur les rails.

Deux femmes tuées

Les victimes sont deux femmes, tuées sous le choc de l’impact. La première, âgée de 82 ans, habitait dans les environs d'Annot, tandis que l’autre était une touriste russe de 49 ans en vacances avec son époux. L’accident a fait neuf autres blessés, dont un grave. Tous ont été évacués dans la journée à l’hôpital Saint-Roch à Nice où une cellule d’assistance psychologique a été mise en place.

“Un bruit infernal et puis plus rien, a confié un des passagers après l’accident. Ensuite on a été projeté en bas et on ne pouvait pas remonter car le train avait basculé à 90 degrés. On a réussi finalement à ouvrir la porte et à faire sortir tout le monde.” Alertées, les autorités déclenchent aussitôt le plan rouge. Au total 110 pompiers, 32 véhicules ainsi que deux hélicoptères ont été mobilisés pour pendre en charge les 23 passagers du train et assurer la sécurisation du site.

Reconstitution en 3D

Concernant l’éboulement, Jean Ballester le maire d’Annot évoquait après ce drame la fatalité : “Ce train passe toutes les trois heures et il a fallu que ce rocher se détache et le percute à l’instant précis où il passe.” Les intempéries survenues dans la région ces derniers jours pourraient être la cause de nouvel éboulement, cette fois meurtrier. Jean-Yves Petit, vice-président du conseil régional PACA, qui gère l'exploitation du train des Pignes, met hors de cause le matériel : "Ce tronçon de la ligne a été rénové il y a deux ans et le matériel roulant est neuf.” Des investigations ont d'ores et déjà entamées dimanche afin de comprendre les raisons de ce déraillement. L’institut de recherches criminelles de la gendarmerie prévoit notamment de reconstituer la scène du drame en 3D afin de faciliter le travail d’enquête.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter