Aéroport de Nice: l'agent de sûreté suspendu obtient gain de cause

Aéroport de Nice: l'agent de sûreté suspendu obtient gain de cause

France
DirectLCI
JUSTICE - Le tribunal administratif de Nice a suspendu la décision du préfet des Alpes-Maritimes retirant à ce musulman l’autorisation de travailler dans la "zone réservée" de l’aéroport de Nice, où il est employé au contrôle des bagages en soute.

Sofiene, un Français de confession musulmane, vient de gagner une nouvelle bataille devant les tribunaux. Selon son avocat, Me Sefen Guez Guez, le juge des référés du tribunal administratif vient de suspendre la décision du préfet des Alpes-Maritimes lui interdisant de travailler.

Cet agent de sûreté de l'aéroport de Nice, âgé de 25 ans, est en effet employé au contrôle des bagages en soute. Une activité qui se déroule dans la "zone réservée" de l’aéroport de Nice, qui n’est accessible qu’avec une habilitation délivrée par la préfecture. C’est ce précieux sésame que le préfet a suspendu, au motif que Sofiene avait montré "un comportement particulier".

Le préfet pourrait lui retirer à nouveau

Mardi, à l’audience, le directeur de cabinet du préfet s’était expliqué : il y a eu une enquête de la Direction départementale des renseignements intérieurs. Il ne présente pas les garanties requises au regard de la sécurité publique… Le jeune salarié a montré "un renfermement sur lui-même", ne fait "pas la bise aux femmes", "répond en arabe à certains de ses interlocuteurs", fait savoir qu’il faut "appliquer les règles strictes de l’Islam pur", et n’a pas montré "de répulsion sur des actions terroristes commises en France".

En décembre dernier, le jeune agent de sûreté avait déjà bénéficié de la suspension d’une décision similaire prise par la préfecture à son encontre. Le préfet avait alors immédiatement réitéré le retrait de l'habilitation.

Sofiene peut désormais théoriquement reprendre son travail, mais le préfet pourrait rapidement décider de lui retirer son accréditation. Une décision que le jeune homme attaquera à nouveau devant le tribunal administratif.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter