Affaire Grégory : Marie-Ange Laroche assure n'avoir "jamais frappé Murielle [Bolle]" et défend Bernard Laroche

France
JUSTICE - La veuve de Bernard Laroche monte au créneau ce lundi. Alors que sa sœur, Murielle Bolle, demeure écrouée à la maison d'arrêt de Dijon, elle assure ne l'avoir jamais frappée, comme l'affirme un de ses cousins.

Depuis 32 ans, elle n'a plus reparler à sa soeur, Murielle Bolle. Marie-Ange, la veuve de Bernard Laroche, est sortie de son silence ce lundi. En 1984, c'est le témoignage de sa soeur cadette qui avait envoyé son mari en prison. Ces dernières semaines, plus de trois décennies plus tard, un cousin a raconté avoir assisté à une explication familiale violente au domicile de ses parents. 


Une "rouste" qui aurait expliqué la volte-face de cette adolescente de 15 ans qui, jusque-là, accusait son beau-frère. 

Il n’était pas là ce soir-là"Marie-Ange Laroche au sujet de la présence de son cousin, dont le témoignage a conduit à la mise en examen de Murielle Bolle

"Je suis formelle. Il n’était pas là ce soir-là, explique Marie-Ange Laroche à L'Est Républicain et à l'AFP. C’est une journée que je ne peux pas oublier. C’était l’arrestation de Bernard ! C’est marqué dans mon esprit jusqu’à ma mort."

Marie-Ange Laroche, "bouleversée" par les rebondissements dans l'enquête sur la mort du petit Grégory, a assuré ce lundi "n'avoir jamais frappé (sa soeur) Murielle Bolle" après sa déposition incriminant son mari Bernard. "Ce soir-là, j'ai saisi Murielle par les épaules, mais je ne l'ai pas frappée. C'est faux, je suis formelle. Je lui ai dit : 'Qu'est-ce que tu as dit?'" Et l'affaire en serait restée là. "Les gendarmes peuvent venir m'entendre, je n'ai rien à cacher, rien à me reprocher", a également lancé celle qui dénonce "la mis en cause de son époux Bernard Laroche" : "Il est mort, il ne peut pas se défendre"

Tout savoir sur

Tout savoir sur

L'affaire Grégory

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter