Affaire Pastor: le gendre, le juge et le coach

Affaire Pastor: le gendre, le juge et le coach

DirectLCI
JUSTICE - Wojciech Janowski, le gendre de la mailliardaire assassinée, et Pascal Dauriac, le coach sportif de celui-ci, sont accusés d'avoir, respectivement, commandité et exécuté le meurtre de la femme d'affaires monégasque. Ils sont confrontés lundi devant le juge d'instruction pour la première fois.

Près de neuf mois après l'assassinat de la femme d'affaires monégasque et de son majordome, les enquêteurs poursuivent leur travail. En confrontant pour la première fois les deux principaux protagonistes de l'affaire, ils espèrent dénouer les langues.

Pascal Dauriac, coach sportif réputé sur la Côte d'Azur et recruteur présumé d’hommes de main marseillais, accuse Wojciech Janowski, le gendre d'Hélène Pastor, d'avoir lancé un contrat sur la milliardaire et de lui avoir demandé de l'exécuter. Pour cela, il assure avoir reçu 140.000 euros mais n'en aurait conservé que 30.000 euros pour lui-même. Lors de sa garde à vue, Wojciech Janowski avait tout d'abord avoué avoir commandité cet assassinat avant de se rétracter.

Sept personnes mises en examen

Lors de leurs deux auditions individuelles, les deux hommes s'étaient renvoyés la balle et n'avaient livré que des versions contradictoires. Pascal Dauriac a affirmé avoir été manipulé par le gendre de la femme d'affaires et a décrit le long processus d'emprise psychologique que le consul de Pologne à Monaco aurait exercé sur lui. “Il avait sur moi une emprise totale, il a réussi à me faire faire ce qu’il voulait. Il avait pris une sorte d’ascendance sur moi”, a-t-il notamment déclaré aux enquêteurs, évoquant les nombreux cadeaux (billets d'opéra ou d'avion, montre ou ceinture de marque, promesse de logement...) dont il aurait été couvert.

S'il reconnaît être à l'origine du meurtre de sa belle-mère, Wojciech Janowski rejette la faute sur le coach. "Oui j’ai commandité ce meurtre mais ce n’était pas dans ces termes que j’ai demandé à Dauriac de résoudre le problème qu’était ma belle-mère en sous-entendant de l’éliminer physiquement”, a-t-il déclaré devant les enquêteurs. Avant de changer de position et d'assurer être l'objet d'un chantage de la part de Pascal Dauriac. Sous la contrainte, il aurait été obligé de remettre 500.000 euros au total au coach sportif qui, selon lui, menaçait d'enlever son épouse et ses deux filles.

Les témoignages des cinq autres personnes mises en examen, dont deux Marseillais rémunérés 100.000 euros par Pascal Dauriac et le beau-frère du coach qui aurait servi d'intermédiaire, pourront peut-être permettre d'éclairer ce dossier.

Sur le même sujet

Lire et commenter