Ain : une pétition pour interdire à un retraité de conduire

FRANCE
DirectLCI
POLEMIQUE – Agé de 77 ans, cet ancien chauffeur routier habitant Saint-Jean-le-Vieux souffrirait de narcolepsie. Il aurait causé plusieurs accidents, dont certains mortels.

Mauvaise loi des séries ou véritable danger public ? En tout cas à Saint-Jean-le-Vieux (Ain), une pétition circule depuis début mai pour interdire de conduire à un homme de 77 ans. La raison : le septuagénaire aurait causé plusieurs accidents, dont certains mortels. En avril, à Pont-d'Ain, il avait ainsi été mis en cause directement dans l'accrochage qui avait coûté la vie à une motarde. "Cette pétition a pour but d’alerter les pouvoirs publics. Ce n’est pas du lynchage, on ne lui veut pas de mal à ce monsieur, on veut juste qu’il lui soit interdit de conduire une voiture", se justifie le collectif à l'origine de la pétition.

Car l'homme, qui souffrirait de narcolepsie, a également été condamné en 1998 à deux ans de prison, dont quatre mois ferme, pour avoir causé un accident qui a entraîné la mort d’une mère de famille. Cet ancien chauffeur routier avait aussi été condamné en 1989, pour un accident ayant provoqué le décès d’une personne âgée.

"Tout ça est un peu exagéré"

"On ne crie pas à l’assassin. Ce qui est arrivé est accidentel. Mais sa maladie est connue depuis des années. Il s’endort quelques instants, et tous ceux qui ont voyagé à ses côtés ont toujours tremblé, raconte Christian Bailly, le maire de Saint-Jean-le-Vieux, dans des propos rapportés par le journal Le Progrès . Moi, en tant que maire, je suis garant de la sécurité des personnes, alors j’interpelle les pouvoirs publics."

"Tout ça est un peu exagéré, répond le fils de l'intéressé. Mon père a passé une visite médicale pour son permis et rien n’a été détecté. Peut-être qu’en vieillissant on peut s’endormir un peu plus après manger, mais si c’était le cas il aurait des accidents tous les jours." Après l'accident mortel d'avril à Pont-d'Ain, l'homme s'est vu retirer son permis pour une durée de six mois. Le tribunal correctionnel se prononcera le 8 juillet sur les suites judiciaires et une éventuelle annulation de son permis pour une durée limitée.
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter