Airbus fait les yeux doux aux lycéennes et aux étudiantes

Airbus fait les yeux doux aux lycéennes et aux étudiantes

France
DirectLCI
EMPLOI – Une vingtaine de lycéennes et d'étudiantes de la région ont eu droit hier à une visite VIP de la chaîne d'assemblage de l'A380. L'occasion d'approcher des métiers de l'aéronautique parfois insoupçonnés qui, contrairement aux idées reçues, ne sont pas réservés aux hommes.

Plonger dans l'univers de l'Airbus A380 par une visite "VIP" de l'usine en pied de chaîne, où les composants du plus gros transporteur de passagers au monde sont assemblés, est un privilège qui n'est pas donné à tout le monde. Les lycéennes et étudiantes en écoles d'ingénieur de la région, invitées par l'association Elles Bougent et Airbus à découvrir les métiers de l'aéronautique, dans le cadre de la semaine de l'industrie, mesuraient leur chance hier après-midi.

"C'est une belle opportunité de voir concrètement ce pour quoi on veut travailler, explique Céline, 19 ans, en deuxième année à l'ICAM. C'est également l'occasion de créer des contacts : je cherche une alternance pour l'année prochaine", confie-t-elle tout en observant avec attention le poste assemblage de l'A380, au cœur du site Jean-Luc Lagardère.

Mixité dans les équipes

Pour d'autres, cette visite était surtout une première approche d'un secteur qu'elles ne connaissaient pas ou très peu. "On ne sait pas encore ce qu'on fera plus tard mais cela nous donne une idée des métiers qui peuvent exister", confirment Mathilde et Lucie, en classe de seconde au lycée de Muret. Les deux jeunes filles sont agréablement surprises de savoir qu'il y a quelques postes occupés par des femmes le long de la chaîne d'assemblage : "C'est motivant !" s'exclament-elles en chœur.

Arrivées aux postes d'essais généraux, vers la sortie sud de l'usine, Léa et Alexandra, en première et troisième année à l'INSA, partagent cet avis, voyant le côté positif de ce déséquilibre. "Aujourd'hui, c'est un atout d'être une femme dans le secteur de l'aéronautique, affirme Alexandra. On arrive au bon moment : les employeurs recherchent davantage de mixité dans leurs équipes."

Lutter contre "l'autolimitation" des jeunes femmes

"La politique en matière de diversité chez Airbus fait qu'à compétences égales, il est parfois plus intéressant de choisir une femme", confirme Nathalie Dousset, responsable qualité chez Airbus et marraine de l'association Elles Bougent. Attention toutefois : l'heure n'est pas non plus à la discrimination positive : Airbus Group compte actuellement 17 % de femmes et celles-ci représentent seulement 23 % des recrutements.

"Un taux bas qui s'explique par le manque de jeunes femmes à la sortie des écoles d'ingénieurs", nuance L’in Martinez, ingénieure chez Airbus et présidente d'Elles Bougent Midi-Pyrénées. D'où l'importance de ce genre d'actions pour tuer les stéréotypes et lutter contre l'autolimitation. Nous sommes là pour montrer que les femmes ont leur place dans l'industrie, y compris à des postes à responsabilités."
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter