Airbus se dote d'une application contre les embouteillages

Airbus se dote d'une application contre les embouteillages

DirectLCI
TRANSPORTS – La start-up toulousaine Coovia souhaite faciliter les trajets domicile-travail des salariés de l'aéronautique. La nouvelle version de son calculateur d'itinéraire combinera transport en commun et covoiturage.

Et si une application mobile aidait à désengorger l'ouest du périphérique toulousain ? L'idée est prise au sérieux par Airbus et l'aéroport de Blagnac qui viennent de nouer un partenariat avec la start-up toulousaine Coovia afin de faciliter l'accès de leurs salariés à leur lieu de travail.

Depuis un an et demi, l'application mobile Coovia permet de trouver en temps réel le trajet le plus rapide en combinant transports en commun, vélo et marche à pied. Elle a déjà séduit 2000 utilisateurs.

Seuls 3 à 4 % des salariés pratiquent le covoiturage

Mais jusqu'à maintenant l'application ne prenait pas en compte la voiture. La version 2, qui sera lancée dans les prochains jours, intégrera le covoiturage dans les modalités de transport. L'objectif est d'encourager les salariés à partager leur voiture. "On pourra trouver un conducteur ou un passager à la volée comme n'importe quel transport en commun", explique David Larcher, fondateur de Coovia. Sur les sites d'Airbus de Blagnac, Colomiers et Saint Martin du Touch qui emploient 18.000 personnes, de nombreux salariés restent à convaincre.

Selon l'Insee, seuls 3 à 4% d'entre eux pratiquent le covoiturage, notamment à cause de son manque de flexibilité. Marion, 31 ans, qui habite aux Carmes et travaille pour l'avionneur européen sur le site de l'aéroport, covoiture de temps en temps avec des collègues. "Mais j'ai beaucoup d'activités extra professionnelles, je fais rarement le même trajet donc ce n'est pas ma solution privilégiée, nuance-t-elle. D'autant que cela demande d'avoir des horaires fixes."

Informer en temps réel d'un covoiturage disponible

Une problématique à laquelle Coovia souhaite répondre avec le système du geofencing. "Le conducteur n'aura plus besoin d'indiquer systématiquement ses horaires, explique David Larcher. Son smartphone identifiera automatiquement le moment où il sort du travail et informera en temps réel les autres utilisateurs d'un covoiturage disponible. Il ne leur restera plus qu'à entrer en contact."

Reste qu'il faut une masse critique d'utilisateurs pour que le service soit performant. Coovia va miser dans un premier temps sur les habitants de Tournefeuille où le réseau de transports en commun permet d'avoir des solutions de repli en cas d'absence de covoiturage. Et parie ensuite sur l'effet boule de neige pour pérenniser le dispositif.
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter