Alpes-Maritimes : les étrangers sauvent l’économie du tourisme

Alpes-Maritimes : les étrangers sauvent l’économie du tourisme

France
DirectLCI
ECONOMIE – La Côte d’Azur reste attractive pour les touristes, surtout les extra-européens, qui étaient pour la première fois en 2013 plus de 1,5 million à visiter le département.

La Côte d’Azur qui les attire, c'est surtout celles des palaces et des boutiques de luxe, des panoramas et des musées. L’an dernier, si la fréquentation est restée stable avec 11 millions de touristes, c’est principalement grâce aux étrangers, qui représentent désormais 54 % de la clientèle. Pour la première fois, le cap du million et demi de touristes "non européens" a été franchi. Ces grands voyageurs constituent 30 % de la clientèle.

Ce sont les touristes nord-américains qui sont les plus nombreux, avec un tiers des séjours. Derrière, les Russes cumulent près d’un séjour sur cinq. Les Africains sont le troisième bassin émetteur non européen, avec un séjour sur dix. Plus loin, le nombre de touristes chinois, est celui qui connaît la plus forte croissance : il a doublé en trois ans et dépassera pour la première fois les 100 000 séjours en 2014 selon les prévisions du Comité régional du tourisme (CRT), qui publie ces chiffres. Et cela tombe bien car les Chinois font partie des touristes les plus dépensiers.

10 milliards de chiffre d’affaires

Cet afflux de visiteurs a généré des recettes en hausse : 5 milliards de dépenses directes et des retombées économiques évaluées à 10 milliards. "La dépense moyenne par jour a augmenté de près de 3 % à 82 euros par personne, soit 538 euros pour l’ensemble du séjour sur la Côte d’Azur" note le CRT. La fréquentation des hôtels n’a pas progressé, sauf dans les établissements de luxe : les 4 et 5 étoiles ont battu un record de fréquentation avec 3,8 millions de nuitées.

Mais de plus en plus de touristes privilégient les séjours effectués chez des parents et amis ou en résidences secondaires. "C’est l’un des effets de la crise, analysé le CRT. S’ils ne dépensent pas pour leur hébergement, ces touristes représentent toutefois un apport en consommation touristique dans les restaurants, les sites et les activités de loisirs."

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter