Amiante : la tour Montparnasse pourrait être évacuée pendant plusieurs années

FRANCE

SANTE - Un rapport pointe la présence d’amiante dans les gaines de désenfumage du bâtiment. Un fait totalement nouveau, qui nécessiterait si l’on veut désamianter la structure une évacuation totale.

Après moults annonces, travaux, rebondissements, voici le dossier de l’amiante de la tour Montparnasse relancé. Cette fois, par un rapport qui recommande de “vider” le bâtiment “pendant plusieurs années” en raison de la découverte d’amiante dans les gaines de désenfumage, selon le Figaro.

Ce document, un “dossier technique amiante” dans le jargon (DTA), a été reçu par le syndic de la tour, Icade, le 17 novembre dernier. C’est dans ce texte que sont répertoriés tous les matériaux de l’immeuble contenant de l’amiante. Il avait été demandé en mai dernier par la préfecture pour comprendre l’origine des dépassements répétés des seuils de pollution (72 depuis 2009). Les experts avaient alors affirmé que ces seuils de dépassement étaient dûs aux travaux, qui sont en cours depuis 2006, et que les gaines de désenfumage ne faisaient que véhiculer l’amiante, non pas qu’elles en contenaient.

Une information judiciaire ouverte

Des travaux conséquents sont nécessaires pour retirer l’amiante de ces gaines, et le bâtiment devra être évacué, recommande le rapport, au grand dam des propriétaires de l’immeuble, qui pensaient pouvoir désamianter sans fermer la tour. 250 millions d’euros ont déjà été dépensés dans ce chantier.

“Depuis le 1er juin 2013, 24 déclenchements des gaines de désenfumage ont été effectués, aucune présence d’amiante dans l’air n’a été décelée”, ont réagi ces 300 copropriétaires dans un communiqué commun… sans préciser si les gaines contiennent effectivement de l’amiante ou non.  

Une information judiciaire a été ouverte en octobre 2013 par le parquet de Paris, notamment pour "mise en danger de la vie d'autrui". Une vingtaine de salariés ou ex-salariés ont engagé en parrallèle une action aux prud'hommes pour faire valoir un "préjudice d'anxiété". Trois employeurs, la société Amundi (300 salariés), CNP Assurance et le conseil régional d'Ile-de-France (200 agents) ont déjà décidé de déménager leurs équipes.

Lire et commenter