Apologie du terrorisme : le libraire lillois placé en liberté surveillée avant son procès

FRANCE
JUSTICE - Le gérant de la librairie musulmane El Azhar, rue des Postes à Lille, a été placé sous contrôle judidicaire, ce lundi, en attendant son procès, le 2 février, pour apologie du terrorisme. Connu des services de renseignements depuis plusieurs années pour ses propos radicaux, ceux-ci le soupçonnent également de liens avec des islamistes du Nord Pas-de-Calais ou installés en Syrie.

Il a demandé du temps pour préparer sa défense. Le propriétaire de la  librairie musulmane El Azhar , installée rue des Postes à Lille, a été jugé ce lundi après-midi, en comparution immédiate, pour apologie du terrorisme. Un automobiliste avait prévenu la police de la présence d'un drapeau suspect sur la devanture de son magasin. Le sexagénaire avait été arrêté, vendredi en fin d'après-midi, et sa boutique entièrement fouillée.

"Je m'appelle Ben Laden"

Un drapeau similaire à ceux de l'Etat islamique, ainsi qu'un livre suspect ont été retrouvés. Le sexagénaire a également déclaré aux policiers : "Nous les barbus, nous allons tous vous vaincre" ou encore "Je suis Ben Laden" et a évoqué l'existence d'une Kalachnikov non retrouvée. Interrogé sur les actes terroristes qui ont secoué la France, l'homme a dit "condamner tous les gens qui assassinent". Son avocat a demandé un délai afin de mieux préparer la défense et laisser passer cette période sensible suite aux attentats de Charlie Hebdo. Le procès a été reporté au 2 février. En attendant, le prévenu n'a pas le droit de se rendre dans sa librairie et doit se présenter au commissariat deux fois par semaine.

Dans cette rue animée du sud de Lille, des commerçants se disent surpris par cette affaire. "Il portait une longue barbe et une tenue islamique, mais nous avons été surpris par cette intervention policière, témoigne un salarié d'un kebab proche. Ils ont fouillé sa boutique pendant des heures".

EN SAVOIR + >> Dans les coulisses d'un procès pour apologie du terrorisme

Il prônait la charia

"Il passait de temps en temps, il n'y a jamais eu de problème, se souvient une salariée de l'épicerie d'en face. Il était toujours souriant." De son côté, un voisin se rappelle que "quand on parlait religion, il devenait assez radical". L'homme s'était déjà fait remarquer pour des déclarations prônant l’application de la charia (la loi islamique), notamment à la mosquée de Lille-Sud.

Depuis plusieurs années, les services de renseignements le surveillaient pour ses positions radicales. Il avait déjà été entendu à plusieurs reprises par la police. Après les attentats de Charlie Hebdo, la tolérance zéro a été décrétée sur l 'apologie du terrorisme , d'où l'arrestation de vendredi. Signalons enfin que le libraire lillois est également soupçonné de liens avec des islamistes du Nord Pas-de-Calais ou installés en Syrie.

EN SAVOIR + >> Que risquent les apologues du terrorisme ?

Sur le même sujet

Lire et commenter