Apologie du terrorisme : un lycéen poursuivi pour un dessin sur Facebook

FRANCE

FAIT DIVERS – A ce jour, quatre Nantais ont été mis en examen pour apologie du terrorisme, après les attentats survenus contre Charlie Hebdo.

En postant ce dessin sur sa page, le lycéen n’a sans doute pas mesuré la portée de son acte. Mais il a été placé en garde à vue pour "apologie du terrorisme".

Le motif ? Il avait diffusé sur son compte Facebook une caricature, représentant "un personnage avec un journal Charlie Hebdo, touché par des balles, le tout accompagné d'un commentaire " ironique"", rapporte le parquet dans Ouest-France . Quelques jours après l’attentat qui a touché l'hebdomadaire satirique, l'institution n’a pas apprécié ce genre d’humour. Le croquis, partagé sur le réseau social, a été signalé à la police, qui a placé l’adolescent en garde à vue, avant d’être déféré au palais de justice. Il a été placé en liberté surveillée.

Quatre poursuites pour apologie du terrorisme

Il a 16 ans, habite chez ses parents, n’a aucun casier judiciaire et n’a pas, de l’aveu du parquet, "un profil évoquant une évolution vers le djihadisme", rapporte Ouest-France. Mais les forces de l’ordre et magistrats se veulent extrêmement réactifs, avec des réponses pénales fortes, pour empêcher tout type de dérive. Même si les présumés coupables ne mesurent pas la portée de leurs paroles. L’idée : les responsabiliser devant les conséquences de leurs actes.

Le garçon n’est en effet pas le premier à comparaître pour apologie du terrorisme. Une jeune fille a en effet été mise en examen la semaine dernière. Lundi, dans le tramway, lors d’un contrôle qui avait mal tourné, elle avait crié à un agent de la Semitan : "On est les soeurs Kouachi, on va chercher les kalachnikovs."

Lire et commenter