Après l’Eléphant, une "Fourmi géante" sur l’île de Nantes

Après l’Eléphant, une "Fourmi géante" sur l’île de Nantes

France
DirectLCI
LOISIRS – Pierre Orefice a présenté mardi le nouvel animal mécanique des Machines de l’île, et a provoqué, au passage, une polémique avec la candidate aux municipales Laurence Garnier (UMP)…

Un nouvel animal a rejoint le bestiaire des Machines de l’île, sur l’île de Nantes. Dès samedi, la "Fourmi géante" va en effet déambuler dans la galerie, au milieu du public. Mesurant 2,80 mètres de haut pour 4 mètres de long, elle pourra transporter quatre passagers sur son dos – qui seront invités à actionner ses pattes, sa tête et ses mandibules. Deux machinistes seront toutefois là pour la cornaquer : un au sol, et l’autre assis à l’avant de l’animal.

La Fourmi appelée à rejoindre l'Arbre aux hérons

La "Fourmi géante" est appelée à rejoindre, à terme, le futur "Arbre aux Hérons" que souhaitent créer Pierre Orefice et François Delarozière. Reste que cette structure géante de 50 mètres de diamètre n’est pas encore assurée de voir le jour. Favorite des prochaines élections municipales de Nantes, Johanna Rolland (PS) a bien rencontré les deux co-auteurs des Machines de l’île, mais aucune décision n’est prise pour le moment pour cet investissement de 35 millions d’euros… Laurence Garnier (UMP) a elle d’ores et déjà annoncé qu’elle se contenterait des actuels Eléphant et Carrousel des mondes marins. "Si elle est élue, l’avenir des Machines de l’île se fera sans nous", prévient d’emblée Pierre Orefice. "Elle a annoncé sa décision sans même nous avoir rencontrés… C’est d’une rare incorrection."

"J'accepterai leurs démissions"

"Conformément à leur souhait, j’accepterai les démissions de Pierre Orefice et François Delarozière", a répliqué Laurence Garnier mardi dans un communiqué. "Si ces propos ne s’avèrent qu’être des cris d’orfraie visant à affoler une certaine catégorie de l’électorat nantais, et que ces deux acteurs du milieu culturel nantais reviennent sur leur décision, je m’engage à travailler avec eux." Mais avec deux "objectifs prioritaires", selon elle : "valoriser l’existant" et "régler le conflit en paternité [entre les machines] avec la troupe Royal de Luxe, avec laquelle j’ai déjà entamé un travail de réflexion".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter