Après Marseille 2013, Le MuCEM veut confirmer l'essai

Après Marseille 2013, Le MuCEM veut confirmer l'essai

CULTURE – Après une année 2013 exceptionnelle, le MuCEM débute l’année 2014 avec le sourire même si la fréquentation s’annonce moindre.

Le MuCEM a fait 2013 et inversement. Porté par la capitale européenne de la culture, le musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée a connu une année exceptionnelle en termes de fréquentation. Sur place, plus d'1,8 million de personnes ont visité le site inauguré début juin. Plus de 600 000 personnes ont visité les expositions permanentes et temporaires. "On ne l’attendait pas", confie le président du musée, Bruno Suzzarelli dont les prévisions se limitaient à 300 000 personnes pour les expositions.

De bons chiffres qui placent d’ailleurs le MuCEM parmi les 50 musées les plus visités dans le monde. Problème : la capitale européenne de la culture est terminée et même si Bruno Suzarrelli envisage l’avenir avec le sourire, il a conscience des handicaps. "Nous abordons 2014 avec une double difficulté explique-t-il. D’une part, l’effet de curiosité est passé et il y aura forcément un tassement. Le centre Pompidou de Metz avait par exemple perdu 40 % de fréquentation la deuxième année. D’autre part, nous n’avons plus la formidable chambre d’écho qu’était Marseille 2013".

Le pass musée pas encore d’actualité

Pour éviter un effondrement des visites, Bruno Suzarrelli entend rendre "l’offre plus visible" grâce notamment à  un pass valable dans tous les musées de la ville . Pour l’instant le dossier est bloqué en raison de problèmes juridiques et comptables. "Mais le plus important pour faire venir les visiteurs conclut-il, c’est d’avoir une programmation attractive".

Par ailleurs, Bruno Suzarrelli s'interroge sur la politique municipale en matière culturelle. "Le paramètre qui nous échappe reconnaît-il, c’est la capacité à faire rayonner la ville au plan national et international". Une question sur l'après 2013 qui revient fréquemment dans les milieux culturels marseillais. Même si tous les acteurs locaux ont promis de plancher sur ce thème, rien n’est encore sorti de terre.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Masques chirurgicaux : pourquoi il ne faut pas s'en débarrasser

Relations Russie-Otan très tendues : que se passe-t-il entre Moscou et l'Alliance atlantique ?

Covid-19 : hospitalisations, taux d'incidence... faut-il s'inquiéter du léger rebond des indicateurs ?

Covid-19 : que contient le projet de loi sur la prolongation du pass sanitaire, débattu à l'Assemblée mardi ?

"Squid Game" : faut-il vraiment craindre un phénomène d'imitation dans les cours d'école ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.