Après son point Godwin sur la PMA, Laurent Wauquiez alpagué par La République en marche et la gauche

Après son point Godwin sur la PMA, Laurent Wauquiez alpagué par La République en marche et la gauche

DirectLCI
POLITIQUE - Le président des Républicains a fait une référence au régime nazi pour marquer son opposition à la procréation médicalement assistée, ce dimanche lors d'une journée de débats du mouvement "Sens commun", l'émanation politique ultra-conservatrice de la Manif pour tous.

L'ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) à toutes les femmes "mènera nécessairement" à la gestation pour autrui, "la marchandisation des gamètes" et "l'eugénisme", a estimé dimanche 18 novembre le patron de LR Laurent Wauquiez, dans une référence à cette pratique consistant à sélectionner les humains, mise en place par de nombreux régimes totalitaires, dont le nazisme, mais aussi des démocraties telles que l'Australie.


"Oui, c'est un engrenage. Et cet engrenage mènera nécessairement à la marchandisation des gamètes", a affirmé le président des Républicains devant les troupes de "Sens commun", le courant ultra-conservateur de LR.  "Tout ceci a un nom, c'est l'eugénisme; tout ceci a été fait par un régime, c'est le nazisme", a poursuivi le leader de l'opposition de droite, en considérant également que "cet engrenage nous mènera inéluctablement à la gestation pour autrui, parce que tout le raisonnement intellectuel sur lequel il repose (y) mène évidemment".

Tout ceci a un nom, c'est l'eugénisme; tout ceci a été fait par un régime, c'est le nazisme. Laurent Wauquiez, au sujet de la PMA

"Et on considère que tout ceci est sans merci et n'a aucune conséquence ?", a-t-il encore interrogé, en appelant à "défendre le mode naturel de reproduction, de filiation, de transmission". "Au-delà des souffrances, des demandes, des attentes de couple, il y a aussi ce que nous voulons pour l'avenir de notre pays", a fait valoir Laurent Wauquiez, en estimant que "l'enfant n'est pas un droit, l'enfant, c'est un devoir". Des arguments déjà entendus du temps de La Manif pour tous, en 2013, où les amalgames visant les couples homosexuels et lesbiens dans leur désir d'adoption, avaient déjà été fort nombreux.


Face à la levée de boucliers, l'ancien ministre a tenté de calmer le jeu sur Twitter, sans pour autant revenir sur ses propos.

Outrée par les propos du très droitier patron des Républicains, Agnès Buzyn a pris son compte Twitter pour lui répondre. "Evidemment, aucun acte médical en France ne peut conduire à l'eugénisme. [...] C'est dévoyer le sent des mots, c'est irresponsable pour un soi-disant responsable politique et je voulais faire part de mon indignation". La ministre s'est vu emboîter le pas par des membres de sa majorité ou du gouvernement (Gilles Le Gendre, Benjamin Griveaux...) mais aussi par le député insoumis Bastien Lachaud, qui n'avait pas de mots assez durs contre la "haine" et le "cynisme" de Laurent Wauquiez, ou le Parti socialiste, qui s'est fendu d'un tweet incendiaire.

La procréation médicalement assistée par don de gamètes anonyme est aujourd'hui autorisée en France pour les seuls couples de sexes différents infertiles ou risquant de transmettre une maladie à l'enfant.  Un projet de loi, qui devait être présenté par le gouvernement au premier semestre 2019, mais dont le report après les européennes fait l'objet d'une polémique entre certains journalistes et le gouvernement, prévoit de l'ouvrir aux couples de femmes, ainsi qu'aux célibataires.

En vidéo

PMA en France : le témoignage de Valérie et Vanda, mamans de deux enfants

Le discours de Laurent Wauquiez avait valeur de test chez "Sens commun". Fer de lance de l'opposition au mariage pour tous puis fidèle soutien de François Fillon durant la campagne présidentielle, le mouvement se veut désormais un lobby ultra-conservateur chez Les Républicains.


"Je suis pragmatique, j'écoute les discours et je regarde les actes de Laurent Wauquiez: pour l'instant, ça va dans le bon sens", s'est réjouie dimanche la présidente du mouvement, Laurence Trochu, qui avait réuni environ 500 personnes dans la banlieue parisienne pour des débats et tables rondes. Le mouvement revendique 9.000 sympathisants.

Plus d'articles

Lire et commenter