Attaques de loups : le préfet des Alpes-Maritimes autorise de nouveaux abattages

Attaques de loups : le préfet des Alpes-Maritimes autorise de nouveaux abattages

POLEMIQUE - Alors que les bergers ont perdu plus d'un millier de bêtes, tuées par des loups cette année, le préfet dans les Alpes-Maritimes vient d'autoriser de nouveaux "tirs de prélèvement".

Face aux loups qui menacent leurs troupeaux, les bergers ont obtenu une petite victoire ce mercredi. La préfecture des Alpes-Maritimes a autorisé pendant un mois des "tirs de prélèvements" de loups sur les communes de La Brigue et de Tende, dans la vallée de la Roya, frontalière avec l'Italie, où le troupeau d'un berger a été décimé en début de semaine.

Dans la nuit de dimanche à lundi près de Tende, un berger affirme avoir perdu 27 agneaux, qui s'ajoutent à la centaine déjà tuée depuis le début de l'année. Pour montrer sa colère, il a déposé une dizaine de cadavres devant la "maison du Mercantour" avec une banderole "Continuez à faire de nos montagnes un cimetière".

1 062 brebis et agneaux tués

Les problèmes de cohabitation entre loups et troupeaux ne concernent pas que la vallée de la Roya : d ans la Vésubie aussi, les bergers se disent harcelés par les prédateurs . Depuis le début de l'année, sur l'ensemble du département, les attaques de troupeaux par des meutes de loups sont en augmentation de plus d'un tiers. Elles ont occasionné la mort de 1 062 brebis et agneaux, selon la préfecture.

L'économie pastorale en difficulté

La préfecture estime que les pertes liées à la prédation dans cette région à l'extrême Est du département "mettent en difficulté une économie pastorale dont le rôle en matière de gestion des espaces naturels et de maintien des paysages est indéniable".

La ministre de l'Ecologie Ségolène Royal avait annoncé fin juin son intention de "mieux protéger les éleveurs" en facilitant les tirs contre les loups. Le plafond national de 24 loups maximum pouvant être abattus en douze mois pourra être porté à 36 "si le seuil de 24 est atteint en cours d'année", avait-elle indiqué.
 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Variant Omicron : "Il n’est pas prévu de fermer les frontières", assure Gabriel Attal

Variant Omicron : pourquoi l'OMS appelle-t-elle à ne pas fermer les frontières ?

Paris : une professeure du lycée Montaigne violemment agressée en plein cours par un élève

Joséphine Baker : quand un cercueil entre vide (ou presque) au Panthéon

Covid-19 : une étude confirme l'efficacité du rappel vaccinal pour contenir les hospitalisations de la 5e vague

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.