Attentat à Nice : le dispositif de sécurité au cœur d'une polémique

DirectLCI
Sandra Bertin devrait communiquer lundi après-midi, l’identité de ses trois interlocuteurs. La chef du centre de vidéosurveillance de Nice, affirme avoir été poussée à modifier son rapport sur le dispositif de sécurité du 14 juillet. Elle précise qu’un membre du ministère de l’Intérieur l’aurait harcelée au téléphone. Ces derniers souhaiteraient qu’elle mentionne la présence de forces de l’ordre à un endroit précis. Or, selon elle, ils n’étaient pas visibles.

Plus d'articles

Lire et commenter