Attentat en Isère : "un acte de communication avant tout"

DirectLCI
Chems Akrouf, spécialiste du terrorisme et des réseaux islamistes, explique après l'attentat de vendredi matin que "les risque zéro n'existe pas". Selon lui, la méthode employée par les terroristes montre qu'il s'agit avant tout d'un acte de communication, destiné à faire peur aux Français.

Sur le même sujet

Lire et commenter