Attentats de Nice : "Le temps s’est presque arrêté", au lendemain du drame

DirectLCI
Le temps s’est presque arrêté au lendemain de l’attentat meurtrier. La circulation est fermée, des bâches ont été déployées. Les gens hébétés parlent entre eux. Les précisions de notre envoyée spéciale, Linda Hurré.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter