Attribution du stade Mauroy : Martine Aubry satisfaite que l'enquête reprenne

FRANCE
JUSTICE - Le dossier sur les conditions d'attribution du stade Pierre-Mauroy est rouvert par la justice. Le chantier a été attribué au dernier moment à Eiffage, alors que celui-ci présentait un surcoût de 108,5 millions d'euros.

La maire de Lille Martine Aubry a décrit ce jeudi comme "une très bonne chose" la décision de la cour d'appel de Douai d'infirmer la décision d'une magistrate lilloise. Celle-ci avait jugé prescrit le dossier des conditions d'attribution du stade Pierre-Mauroy.

"C'est une très bonne chose que les juges soient amenés à reprendre l'affaire au fond, je crois qu'il faut que tout le monde se rende compte aujourd'hui de ce qui s'est vraiment passé et que les politiques n'ont pas failli", a déclaré Martine Aubry.

Deux fonctionnaires en examen

"Je trouvais vraiment malencontreux que cette affaire soit classée sous un problème formel et qu'on n'ait pas dit la vérité des choses", a-t-elle ajouté, en précisant qu'"il ne faut pas que restent des nuages autour de cela". L'ancienne doyenne des juges d'instruction de Lille, alors en charge de l'information judiciaire portant sur ce dossier, avait rendu en août 2014 une ordonnance constatant l'extinction de l'action publique pour prescription.

L'instruction de ce dossier va pouvoir reprendre. Deux fonctionnaires de la communauté urbaine de Lille ont déjà été mis en examen fin mai 2014 pour faux et usage de faux. "L'instruction va se poursuivre, c'est une victoire du droit sur les manoeuvres de coulisses", s'est réjoui, mercredi, le plaignant Eric Darques, militant de l'association Anticor (lutte contre la corruption et pour la transparence en politique).

Un surcoût de 108 millions d'euros

Concrètement, la justice souhaite comprendre pourquoi le chantier a été attribué au dernier moment à Eiffage, alors que celui-ci présentait un surcoût de 108,5 millions d'euros par rapport à celui de Norpac-Bouygues. Selon des documents, un premier rapport adressé aux élus pour alimenter leur réflexion, daté du 23 janvier 2008, donnait la meilleure note à Norpac-Bouygues. Or, un second rapport, daté du 1er février 2008, jour du vote, mais rédigé selon lui postérieurement, notait plus favorablement le groupe Eiffage.

Lire et commenter