Au centre communautaire juif de Nice : "Ces militaires agressés, ce sont nos enfants"

Au centre communautaire juif de Nice : "Ces militaires agressés, ce sont nos enfants"

DirectLCI
REPORTAGE - L’ambiance est tendue dans le bâtiment abritant le consistoire israélite de Nice et la station de radio Radio Chalom Nitsan au lendemain de l’attentat qui s’est déroulé devant l’entrée.

Trois militaires font barrage devant l’entrée du centre communautaire juif, à deux pas de la place Masséna, à Nice. Visages serrés, ils contrôlent minutieusement les va-et-vient. Manon est chroniqueuse chez Radio Chalom Nitsan. Ce mercredi matin, au lendemain de l'agression des militaires par Moussa Coulibaly , elle a une pointe au cœur au moment de saluer les soldats. "Je suis encore sous le choc. J’ai regardé partout avant de m'engouffrer dans le bâtiment", confie-t-elle.

Une lourde porte sécurisée permet d’accéder à l’ascenseur. A l’étage, il faut une nouvelle fois passer par un accès protégé pour rentrer dans la salle du centre communautaire. Le tout sous contrôle de caméras de surveillance. "On ne peut pas faire mieux au niveau de la sécurité ici", assure le rabbin Franck Teboul.

"On n'a pas peur"

Gâteaux et boissons chaudes sont disposés autour d’une petite table dans la salle centrale. Yossi Benavraham, le directeur d’antenne de Radio Chalom discute avec le personnel du consistoire.

Dans le groupe, il y a Simone qui travaille au service administratif. Quand elle repense à l'attentat de mardi, elle s’emporte, ses poings serrés : "On n’a pas peur. Il faut être sur ses gardes. Ces militaires qu’on a agressés, ce sont comme nos enfants. Il faut garder confiance et resserrer nos liens autour de nos valeurs", dit-elle la voix tremblante.

"Un grand moment d'émotion pour la communauté"

Même discours du côté de Maurice Niddam, le président du consistoire israélite de Nice. "Je ressens beaucoup de tristesse. Les militaires défendent l’honneur de la France. La communauté a vécu un grand moment d’émotion hier soir avec la venue des deux ministres Bernard Cazeneuve et Jean-Yves Le Drian." Maurice Niddam dit attendre les résultats de l’enquête pour savoir si la communauté juive était visée par les actes de la veille.
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter