Avec sa Websérie J’veux un mec, elle défend la cause des rondes

Avec sa Websérie J’veux un mec, elle défend la cause des rondes

INITIATIVE - Valentine, comédienne, a lancé il y a un an une série J’Veux un mec, racontant les aventures catastrophiques d’une jeune femme à la recherche du grand amour. Une manière pour cette comédienne ronde de valoriser cette cause.

Elle est bavarde, ultra-dynamique, pétillante… Et elle a une bonne raison : "Je suis bientôt millionnaire!", s’exclame Valentine. En effet, la jeune femme est riche… en nombre de visiteurs sur Dailymotion. Cette comédienne nantaise cartonne sur Internet grâce à sa websérie "J’veux un mec" . Elle y raconte les aventures catastrophiques d’une Bretonne qui cherche l’amour. A chaque fois, les rencontres virent au drame.

Les premiers épisodes ont été diffusés en février 2013 . Le succès a été fulgurant. "Personne n’avait encore mis en scène la sexualité d’une femme ronde sans complexe", confie la jeune femme. Car oui, Valentine est ronde. Et elle a choisi de l’assumer, l’air de rien, derrière ses sketches loufoques.

"Mon but ? Qu'on se sente mieux dans son corps !"

Tout a commencé l’an dernier, après avoir joué une de ses pièces au Point-Virgule à Paris. "J’ai eu un succès d’estime de dingue", raconte-t-elle. "Tout Paris m’a félicité. Mais personne ne m’a rien proposé." Valentine le sait : "Le système est comme ça. Dans le milieu du théâtre ou du cinéma, on demande même aux minces de faire des régimes." Elle, avec ses formes, reste cantonnée au "rôle de la grosse qui mange." Lassée des clichés et des portes fermées, elle a lancé sa riposte. Pour que les rondes aient aussi leur place. "J’veux un mec" est né. "C’est une série légère, très visuelle, qui joue sur l’absurde", explique-t-elle.

Sur le Web, les commentaires des internautes sont largement positifs. "Les femmes me remercient de les faire rire et d’être décomplexée", raconte Valentine. Mais les hommes aussi la félicitent. "Ils sont aussi victimes : certains aiment les rondes, mais l’assument peu, confrontés au regard de leurs amis." Car la croisade de Valentine est plus large : "Ce que la société nous renvoie est terrible ! Les magazines expliquent comment maigrir ou paraître plus mince. Mais aucun journal n’indique comment être plus tolérant ou accepter l’autre !", s’emporte-t-elle.

Elle a mis un peu de temps à "relativiser" : "Je suis tombée malade il y a un an et demi. J’ai cru que je ne me relèverai jamais. Ça recadre", explique-t-elle sobrement. "Ça m’a donné envie de bouffer la vie, sans me prendre la tête avec un bourrelet." Alors cette prise de conscience, elle aimerait la faire partager : "Si mes conneries sur internet permettent à des ados de se sentir mieux dans leur corps, j’aurai atteint mon but !"

> Pour voir tous les épisodes : www.jveuxunmec.com

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Variant Omicron : un cas positif identifié sur l'île de la Réunion, le premier détecté en France

Variant Omicron : pourquoi l'OMS appelle-t-elle à ne pas fermer les frontières ?

Joséphine Baker : quand un cercueil entre vide (ou presque) au Panthéon

Paris : une professeure du lycée Montaigne violemment agressée en plein cours par un élève

Covid-19 : "Il est légitime de prendre des précautions" face au variant Omicron, explique le Pr Alain Fischer sur LCI

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.