AZF: retour à la case procès

FRANCE

JUSTICE – La cour de cassation a annulé le verdict de la cour d'appel de Toulouse qui avait jugés responsables en 2012 Grande Paroisse et son directeur dans l'explosion de l'usine AZF. Un nouveau procès devrait se tenir dans les prochains mois devant la cour d'appel de Paris.

On efface tout et on recommence. En annulant la décision de la cour d'appel de Toulouse, elle avait condamné en septembre 2012 l'ancien directeur de l'usine AZF et sa maison mère Grande Paroisse pour leur responsabilité dans l'explosion du site en 2001, la cour de cassation a ouvert la voie à un troisième procès.

"Nous sommes catastrophés, les premières procédures ont déjà été très longues, on se retrouve 13 ou 14 ans après les faits à devoir s'engager vers un nouveau procès", regrette Me Stella Bisseuil, l'avocate de l'association des victimes.

Colère des associations

Pour "Plus jamais ça, ni ici ni ailleurs", cette décision est "un retour en arrière de quinze ans au moins. Aujourd'hui la cour de cassation exonère l'industriel de sa responsabilité après que le Conseil d'Etat ait annulé il y a quelques semaines le jugement qui condamnait (faiblement) l'Etat. Il n'y a donc aucun coupable", dénonce Denis Molin le porte-parole de l'association.

Un nouveau procès en 2016?

Si dans un camp c'est la déception et la colère qui l'emportent, chez les défenseurs de Grande Paroisse, propriété du groupe Total, on se félicite de la décision. "On va avoir droit à un nouveau procès équitable", a confié Me Soulez-Larrivière qui avait notamment dénoncé en 2012 un problème d'impartialité d'une des juges assesseurs.

Cette dernière était également la vice-présidente de l'association nationale d'aide aux victimes. Le nouveau procès qui se tiendra devant la cour d'appel de Paris pourrait avoir lieu début 2016.

Lire et commenter