Baisse des APL dans les HLM : les bailleurs sociaux ne veulent plus discuter avec le gouvernement

Baisse des APL dans les HLM : les bailleurs sociaux ne veulent plus discuter avec le gouvernement
FRANCE

IMPASSE - Le mouvement HLM a annoncé ce vendredi via son délégué général qu'il ne souhaitait plus discuter de la baisse des APL dans le secteur du logement social. Le gouvernement veut en effet pousser les bailleurs sociaux à baisser leurs loyers dès 2018 pour compenser la diminution des aides accordées aux locataires.

Lors de la présentation de son grand plan logement cette semaine, le ministre de la Cohésion des Territoires Jacques Mézard et son secrétaire d'Etat Julien Denormandie ont confirmé que les locataires de logements sociaux seraient impactés en 2018 par une baisse de leurs allocations logement.  Objectif : économiser 1,4 milliard d'euros.

Pour compenser cette baisse pour les allocataires, le gouvernement veut contraindre les bailleurs sociaux à diminuer d'autant leurs loyers. Mais ce vendredi, le mouvement HLM a annoncé via son délégué général Frédéric Paul qu'il ne souhaitait plus discuter de la baisse des APL dans le secteur du logement social.

Lire aussi

"On a passé trois ou quatre semaines à essayer de travailler sur ce que l'Etat a appelé les 'compensations financières', pour que l'opération soit neutre pour l'équilibre économique des HLM. Mais les compensations n'y sont pas" a-t-il indiqué. L'Etat "ne peut pas proposer des mesures qui mettent en cause notre capacité à travailler, et la manière dont les locataires sont traités" a-t-il estimé. 

En vidéo

Baisse des loyers de 50 euros dans les HLM : "Totalement fantaisiste", accuse Frédéric Paul (USH)

Plus de 100 organismes HLM pourraient se retrouver en difficulté

L'Union sociale pour l'habitat (USH), la fédération qui regroupe l'ensemble des bailleurs sociaux, estime que plus de 100 organismes HLM se trouveraient en difficulté si la mesure était adoptée. Selon Frédéric Paul, il existait d'autres pistes pour que les organismes contribuent à la réduction du déficit budgétaire. Selon lui, leur importante trésorerie (7 milliards d'euros) pourrait être "en partie" déposée à la Caisse des dépôts pour financer des prêts bonifiés à taux zéro. Il propose également que les organismes HLM contribuent au financement de l'Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU)

"Le principe de la baisse des APL dans le logement social n'est pas acceptable. Si vous baissez les APL, les gens pauvres auront de plus en plus de mal à rentrer dans les HLM. Ils iront chez les marchands de sommeil" a-t-il martelé.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent