Barrage de Sivens : Xavier Beulin pointe du doigt les "djihadistes verts"

FRANCE
RÉACTION - Quelques jours après la mort de Rémi Fraisse, le président du principal syndicat d'agriculteurs est monté au créneau pour défendre le projet du barrage de Sivens. Dans "Le Figaro" du mercredi 30 octobre, il a violemment fustigé l'attitude des écologistes.

Voilà qui ne devrait pas arranger les relations entre la FNSEA et les écologistes. Interviewé par Le Figaro (article payant), Xavier Beulin, président de la FNSEA (Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles), n'a pas fait dans la dentelle pour qualifier l'attitude des responsables et militants écologistes dans le dossier du barrage de Sivens.

EN SAVOIR + >> Après la mort de Rémi Fraisse, la lutte continue

Une pique aux Verts
"Si l'Etat revient sur cette décision (la construction du barrage de Sivens, ndlr), c'est l'équilibre démocratique qui est menacé par des "djihadistes verts"." Un parallèle douteux, qui intervient au moment où les défenses du projet de construction du barrage de Sivens, est de plus en plus décrié et mollement défendu par le gouvernement. Mais qui souligne au moins la détermination des opposants écologistes à certains projets, tels que Notre-Dame-des-Landes ou la Ferme des 1000 vaches.

EN SAVOIR + >> NDDL, Sivens, 1000 vaches : les épines vertes dans le pied du gouvernement

A la rescousse du barrage
Mais Xavier Beulin tient plus que tout au projet. Rejetant un rapport d'expertise "ambivalent" dont on peut faire "la lecture que l'on veut", il estime, refusant de parler de "barrage" mais de "retenue d'eau", que Sivens ne favorisera pas l'agriculture intensive mais des centaines de "petites et moyennes exploitations bio ou conventionnelles".

EN SAVOIR + >> Un rapport d'experts très critique

La FNSEA bientôt dans la bataille ?
Dans le contexte de la mort de Rémi Fraisse et d'une mobilisation accrue sur le site, le président de la FNSEA n'hésite pas à employer la menace si la construction du barrage ne devait pas être menée à son terme : "Certains paysans attendent cette retenue d'eau depuis 15 ans. Ils sont restés calmé jusqu'à maintenant (...). Je n'ai qu'à lever le petit doigt pour mobiliser 3000 à 4000 agriculteurs sur le site." Après les affrontements entre opposants et policiers, faut-il s'attendre à une confrontation avec les partisans du projet ?

EN SAVOIR + >> Ces paysans qui soutiennent le projet

Sur le même sujet

Lire et commenter