Bébés échangés : les familles réclament 12 millions d'euros

Bébés échangés : les familles réclament 12 millions d'euros

France
DirectLCI
JUSTICE – Le procès de l'affaire des nouveau-nés intervertis par erreur dans une maternité de Cannes à eu lieu ce mardi matin à huis clos. Les familles demandent au total 12 millions d'euros au titre de leur préjudice moral.

"C'était épuisant mais nécessaire" A la sortie de la salle d'audience, ce mardi midi à Grasse, Sophie Serrano, accompagnée de celle qu'elle a toujours considérée comme sa fille, Manon, affiche un grand sourire. L'audience qui vient de se terminer aura été "une libération" pour cette mère de famille qui a élevé un enfant qui n'était pas le sien, suite à une incroyable et inédite confusion à la maternité.

"J'avais 18 ans quand j'ai accouché. J'ai été séparé de ma fille qui souffrait d'une jaunisse. Quand on me l'a ramenée, ses cheveux m'ont choquée. Ça m'a interpellé, mais le personnel de la clinique m'a dit que tout était normal" raconte Sophie Serrano. L'incroyable vérité éclatera dix ans plus tard quand le compagnon de Sophie Serrano, effaré du manque de ressemblance avec celle qui devrait être sa fille, demande un test de paternité.

EN SAVOIR + >> Est-ce encore possible en France ?

Décision le 10 février

Ce mardi matin, vingt ans après les faits, tous les protagonistes de l'affaire se sont retrouvés devant les juges : les deux médecins gynécologues qui ont procédé aux deux accouchements, les deux pédiatres qui ont suivi les nourrissons, la clinique en tant que personne morale et l'auxiliaire de puériculture, sur laquelle l'établissement médical rejette la faute.

L'enjeu de ce procès civil est uniquement financier puisqu'il s'agit d'indemniser le "préjudice moral". Chacune des jeunes femmes élevées dans la famille biologique de l'autre demande 3 millions d'euros, leurs parents réclament 1,5 million, les frères et sœurs 750.000 euros. Des sommes colossales, que les familles estiment à la hauteur de leur douleur.

EN SAVOIR + >> "Faire le deuil de la famille biologique pour avancer"

"Il faut que les maternités et les assurances aient peur, qu'on ne joue plus avec les enfants" a plaidé Me Gilbert Collard, aux intérêts de la famille Serrano. A la défense de la clinique et de son assureur, Me Sophie Chas, n'a fait aucun commentaire. Interrogée sur les montants accordés généralement au titre du préjudice morale, l'avocate indique simplement que généralement les tribunaux accordent, pour la décès d'un nourrisson, entre 15 et 30 000 euros. Cent à deux-cents fois moins que les sommes demandées dans cette affaire

Le tribunal rendra sa décision le 10 février.

EN SAVOIR + >> Ces histoires de bébés échangés qui ont marqué l'actualité internationale

Sur le même sujet

Lire et commenter