Ben à l'assaut du Mont Chauve, le "Vésuve niçois"

Ben à l'assaut du Mont Chauve, le "Vésuve niçois"

France
DirectLCI
ARTS – Ben délaisse un temps ses traditionnelles "écritures" au profit d’une série de peintures et de sculptures sur le Mont Chauve, élément emblématique du paysage niçois. Inaugurée ce soir, l’exposition se tient à la galerie Maud Barral, sur le port de Nice, jusqu’au 1er mars. Rencontre.

Comment vous est venue l’idée d’une série sur le Mont Chauve ?
On attend toujours Ben avec ses écritures. Mais ces derniers temps, il me restait des restes de peinture et pour finir les pots j’ai commencé par faire des fonds sur des toiles. Et c’est comme ça que je me suis aperçu que j’étais en train de représenter le Mont Chauve à Nice et que je savais peindre !

Pourquoi êtes-vous si attaché à ce lieu ?
J’habite au pied de cette montagne et je le vois tous les matins de chez moi. Dans ma jeunesse, je montais souvent au fort. Je trouve que les Niçois ne vénèrent pas assez le Mont Chauve, c’est pourtant un peu leur Vésuve. Il est simple, beau, magnifique. Pour moi le Mont Chauve est en lui-même une œuvre d’art, sortie de terre il y a des millions d’années et créée par Dieu ou qui vous voulez. C’est du land art.

Pourquoi le vernissage ce soir a-t-il lieu à 18 h 33 précises ?
Avant, les gens venaient et parfois je n’étais plus là, ou pas encore. Maintenant, tous mes vernissages sont à heure fixe, c’est la garantie pour eux que je serai là. Après, tant pis si je ne suis plus là ! L’artiste ne doit jamais se dégonfler, il doit toujours être présent pour défendre son steak.

Pour acquérir un mont Chauve, faut-il casser sa tirelire ?
Oui, malheureusement, ces tableaux sont trop chers, il n’y a rien à moins de 5 000 euros. Mais ce soir je vais réaliser en direct des dessins du mont Chauve que je proposerai à 800 euros.

Votre prochain projet ?
Je veux apprendre à dessiner des femmes nues. À 78 ans, il est temps ! C’est un projet que j’ai depuis l’âge de 10 ans…
 

Sur le même sujet

Lire et commenter