Bernard Tapie parle pour la première fois de son cancer : "Je le prends comme une épreuve supplémentaire"

Bernard Tapie parle pour la première fois de son cancer : "Je le prends comme une épreuve supplémentaire"
FRANCE

CONFESSION - Bernard Tapie parle pour la première fois de son cancer. Fataliste et philosophe, l'homme d'affaires a expliqué qu'il ne s'agissait pas "d'une catastrophe" et qu'il prenait la maladie "comme une épreuve supplémentaire" à vivre dans son "parcours improbable".

Bernard Tapie s’est exprimé pour la première fois à la télévision depuis l’annonce de son cancer. Il a répondu aux questions de Laurent Delahousse pour l’émission "19h le dimanche", diffusée sur France 2. Dans un extrait diffusé samedi soir dans le journal télévisé de la chaîne, l’homme d’affaires a estimé que cette maladie était une étape de plus dans son "parcours improbable". Mais il s'est également montré fataliste : "Quand on a 70 ans et plus, il faut accepter qu’à un moment donné on va aller vers l’épreuve ultime qui est la mort. Et pour moi ce n’est pas une catastrophe. J’ai vécu d’une manière incroyable, formidable, chanceux. J’ai connu des moments de bonheur inimaginables (...) J’ai pas envie de partir, hein. Mais il faut avoir la raison de se dire que quand ça tombe sur un petit couple où la femme a 35 ans, trois enfants, se fait un cancer du sein... Reconnaissez que c’est un autre truc quoi. Donc je le prends comme une épreuve supplémentaire."

Lire aussi

Son cancer, conséquence de ses ennuis judiciaires ?

En vidéo

Victime d'un acharnement ? "Demandez à mon estomac", répond Bernard Tapie

A la fin du mois d'octobre dernier, à une journaliste qui lui demandait s'il estimait avoir été victime d'un acharnement judiciaire dans l'affaire du Crédit Lyonnais, Bernard Tapie avait répondu : "C'est à mon estomac qu'il faudrait poser la question". Dans son échange avec Laurent Delahousse, il est revenu sur cette déclaration : "J’ai dit à mon médecin : mais enfin, pourquoi j’ai une tumeur aussi grave à l’estomac alors qu'en général ce sont les gens qui boivent bien, qui fument bien, qui bouffent bien ? Il m’a dit : 'vous avez entendu parler de se faire du mauvais sang ? Et vous savez ce que c’est l’expression populaire se faire de la bile ?' Je dis 'oui', il me dit 'ben voilà : vous avez compris pourquoi vous avez un cancer'."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Des médecins réclament un couvre-feu à 19h et un confinement le week-end

"Nous avons perdu la maîtrise" de l'épidémie, alerte l'infectiologue Karine Lacombe

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 52.000 nouveaux cas en 24 heures, nouveau record quotidien

Caricatures, loi sur le voile, mise à l'honneur d'Israël... quand la France est visée par un boycott

Covid-19 : la France a-t-elle vraiment les plus mauvais chiffres en Europe ?

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent