Bolivie : peine maximale pour l’assassin de Jérémie et Fannie

Bolivie : peine maximale pour l’assassin de Jérémie et Fannie

DirectLCI
JUSTICE – Jaime Martinez a été condamné à trente ans de prison pour l’assassinat du couple de Nort-sur-Erdre (Loire-Atlantique) disparu en 2010 en Bolivie.

Une peine conforme aux réquisitions du ministère public. Jaime Martinez a été condamné jeudi en Bolivie à trente ans de prison pour l’assassinat de Jérémie Bellanger et Fannie Blancho, le couple de Nort-sur-Erdre disparu en Bolivie en 2010 alors qu’il passait une année sabbatique en Amérique du Sud. C’est la peine maximale prévue par la loi bolivienne. En revanche, son père et deux autres coaccusés – poursuivi pour complicité – ont été acquittés par le tribunal.

La fin d'un combat de trois ans pour les parents

A l’énoncé du verdict, les parents de Jérémie sont restés silencieux, tandis que la mère de Fannie n’a pu retenir ses sanglots. Pour eux, c’est la fin d’une bataille acharnée de plus de trois ans : après la disparition de leur fils, qui s’apprêtait à fêter ses 25 ans, Patrick Bellanger et sa compagne Cécile Blanloeil étaient partis vivre en Bolivie pour faire éclater la vérité. Ils ont consacré toutes leurs économies personnelles à ce combat. Et n’étaient pas prêts à baisser les bras. "S’il le faut, on vendra la maison", avait même déclaré Cécile Blanloeil à metronews avant leur départ pour le procès .

Un dangereux "psychopathe"

Jaime Martinez, décrit comme un "psychopathe agressif, prédateur et manipulateur" par une psychiatre, a quant à lui clamé son innocence. Selon l'accusation, le scénario privilégié est celui d'une agression sexuelle de Fannie, suivie du double meurtre. "Je suis innocent, je n’ai jamais commis le crime dont on m’accuse, on a détruit ma vie et celle de la famille", avait-il dit à des médias boliviens jeudi lors d’une suspension d’audience.

Les corps, eux, n’ont jamais été retrouvés. "Même avec des chiens, ils ne trouveront pas ces deux connards de Français car moi seul sais où ils sont enterrés", aurait déclaré Jaime Martinez à un codétenu, alors que des recherches étaient menées aux environs de la ferme où les victimes ont été vues pour la dernière fois.

Sur le même sujet

Lire et commenter