Bourgoin-Jallieu : la tentative d'enlèvement de Maëlys n'en était pas une...

Bourgoin-Jallieu : la tentative d'enlèvement de Maëlys n'en était pas une...

FAIT DIVERS - Un homme a été placé en garde à vue mercredi puis laissé libre après ce qui avait été qualifié il y a dix jours de "tentative d'enlèvement" survenue à Bourgoin-Jallieu (Isère). Ce sexagénaire qui conduisait la Mercedes à bord de laquelle Maëlys, 4 ans, a été retrouvée, a indiqué avoir trouvé l'enfant seule sur la route et avoir voulu l'aider.

Il a passé plusieurs heures en garde à vue, puis est finalement ressorti libre sans être inquiété. Depuis dix jours, les enquêteurs de la police judiciaire de Lyon étaient à la recherche du conducteur de la Mercedes beige à bord de laquelle avait été retrouvée la petite Maëlys, 4 ans. La fillette avait disparu à la sortie de l'école de Boussieu vers 16h30 le mardi 26 mai, avant d'être retrouvée quelques minutes plus tard par sa mère sur le siège passager de la berline. L'automobiliste avait pris la fuite, laissant penser à une tentative d'enlèvement.

Mardi dernier, alors que les policiers ne disposaient que de peu d'éléments (pas d'image de vidéosurveillance, des doutes sur le modèle et la couleur du véhicule), une personne s'est manifestée auprès de la police judiciaire en déclarant avoir assisté à la scène et mieux encore disposer d'images captées par la caméra embarquée de son véhicule, comme le révèle Le Dauphiné Libéré  ce jeudi. "L'immatriculation était sur les images, le suspect a été très vite retrouvé, indique à metronews le procureur de la République de Bourgoin-Jallieu, Cédric Cabut. Il a été placé en garde à vue mercredi dans les locaux du commissariat de Bourgoin-Jallieu, puis est rentré chez lui après avoir été entendu pendant plusieurs heures".

EN SAVOIR +
>> Tentative d'enlèvement à Bourgoin-Jallieu : le suspect court toujours
>>  Bourgoin-Jallieu : une mère sauve in extremis sa fille d'un enlèvement
>> Tentative d'enlèvement à Bourgoin-Jallieu : appel à témoins lancé

Seule sur la route, en pleurs

L'artisan, âgé de 63 ans et demeurant à Nivolas-Vermelle comme la petite Maëlys, a ainsi formellement contesté avoir voulu enlever la fillette. "Alors qu'il circulait sur la RD 1085, il a vu cette petite fille toute seule sur le terre-plein central de la route nationale et il a voulu la ramener chez elle, précise le procureur de la République. Maëlys lui a donné la direction de son domicile. Il a fait demi-tour et est revenu sur les lieux de la disparition à proximité de l'école. C'est au niveau du feu que la mère de la fillette l'a vue sur le siège passager et qu'elle l'a extirpée de la Mercedes".

La version du sexagénaire a été partiellement validée par l'appel que ce dernier a passé à sa femme alors qu'il se trouvait avec la petite fille. "S'il avait voulu kidnapper Maëlys, il avait le temps et les moyens de le faire. De surcroît, il n'aurait pas appelé son épouse pour lui dire qu'il venait de retrouver une enfant en pleurs sur la route", poursuit le procureur.

Permis de conduire invalidé

Pourquoi le sexagénaire a-t-il alors pris la fuite et pourquoi ne s'est-il pas manifesté après l'appel à témoins lancé par la police ? "Il a déclaré qu'il avait de gros soucis professionnels et financiers et qu'il ne devait en aucun cas s'arrêter de travailler car il avait besoin de faire rentrer de l'argent dans les caisses. Par ailleurs, ce monsieur conduisait avec un permis invalidé et ne voulait pas avoir de problème, précise le procureur de la République de Bourgoin-Jallieu, Cédric Cabut. Tout ceci a été vérifié".

Depuis l'affaire, sa femme l'avait fortement incité à aller voir la police. "Son insistance aurait peut-être fini par payer", poursuit le procureur. Car depuis dix jours, de nombreux enquêteurs étaient mobilisés sur ce dossier. "Nous avions mis l'artillerie lourde sur ce dossier, mais sans la vidéo, je ne sais pas où l'on en serait aujourd'hui. Ça se finit bien, il n'y avait pas d'intention frauduleuse, c'est l'essentiel", conclut une source proche du dossier.

A LIRE AUSSI >> Agression sexuelle d'une fillette : l'instituteur placé sous le statut de témoin assisté

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : près de 60.000 nouveaux cas en 24 heures, record de la 5e vague

Si je ne fais pas ma 3e dose à temps, faut-il que je me refasse intégralement vacciné ? Le 20H vous répond

EN DIRECT - Immeuble effondré à Sanary : "Le temps joue contre nous", prévient le chef des pompiers du Var

Un Allemand tue sa famille avant de se suicider par peur d'être emprisonné après un pass sanitaire falsifié

VIDÉO - "Plus jamais ça" : l'émotion des parents de l'adolescente électrocutée dans son bain par son téléphone

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.