"Toutes en burkini" sur les plages de Cannes : en plein Festival, l'appel du millionnaire algérien Rachid Nekkaz fait des vagues

"Toutes en burkini" sur les plages de Cannes : en plein Festival, l'appel du millionnaire algérien Rachid Nekkaz fait des vagues

POLÉMIQUE - L'homme d'affaires algérien Rachid Nekkaz organise vendredi prochain sur les plages cannoises, l'opération "Toutes en burkini". Et ce, en plein festival, alors que la ville a été la première à interdire le port du burkini.

"L'homme qui paye les amendes des femmes verbalisées pour port de burkini" est de retour, pour un nouveau coup d'éclat. Le millionnaire algérien Rachid Nekkaz, vient en effet de lancer l'opération "Toutes en burkini sur les plages du Festival de Cannes". Un rassemblement qui doit se tenir vendredi 26 mai de 14h à 16h sur la Croisette.


"C’est une façon de célébrer la décision du Conseil d’État du 26 août 2016, qui permet à n’importe quelle femme de s’habiller en burkini", explique l’homme à Nice Matin, rappelant que la cité cannoise avait été la première à interdire le burkini sur ses plages en 2016 - avant que le Conseil d'État ne suspende l'arrêté.

En vidéo

Le burkini à la plage, une interdiction qui fait des vagues

Je suis un musulman laïcRachid Nekkaz

Sur l'affiche de la manifestation, l'homme d'affaire algérien - qui a fait fortune sur internet avant de réivestir ses gains dans l'immobilier - a affublé Marine Le Pen et Nadine Morano d'un niqab "bleu-blanc-rouge". Celui même qui, selon lui, sera porté vendredi prochain par la douzaine de femmes qu'il entend rassembler.


Après les amendes des femmes verbalisées pour port de voile intégral - qu'il dit avoir réglées à hauteur de 1.192 euros - en France, place donc à l'opération "Toutes en burkini". Mais à travers ses coups de panache, où veut réellement en venir le milliardaire Rachid Nekkaz, qui se définit comme "un musulman laïc" ? 

Certaines sont en bikini, d'autres en burkini. C'est la France qu'on aimeRachid Nekkaz

Nekkaz a abandonné sa nationalité française

Né en 1972 dans un quartier défavorisé de Choisy-le-Roy (Val-de-Marne), Nekkaz se défend d'être le chantre d'un Islam politique. "Je suis défenseur des droits de l'homme et de la femme, de la laïcité. J'ai défendu les Ouïghours, les Tibétains, j'ai acheté un terrain pour les Roms en Auvergne. J'ai défendu une femme au Soudan en septembre 2013 qui devait être flagellée par la justice car elle refusait de porter le niqab", relate celui qui avait tenté de se lancer dans la présidentielle 2007.


Si depuis, Rachid Nekkaz a renoncé à sa nationalité française - qualifiant au passage la France de régime vichyste - pour briguer, sans succès, la fonction de président en Algérie en 2014 ce dernier garde à l'esprit une idée bien précise de ce que représente la ville de Cannes à ses yeux. "Cannes, c'est la vitrine mondiale de la France et le temple de l'extravagance, s'amuse t-il. "Certaines sont en bikini, d'autres en burkini. C'est la France qu'on aime". Reste à savoir si les organisateurs du Festival de Cannes partageront cet avis vendredi...

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La polémique autour du burkini

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter