Cannes : comment les candidats financent leur campagne électorale

Cannes : comment les candidats financent leur campagne électorale

DirectLCI
MUNICIPALES – Metronews a enquêté auprès de chaque candidat à l’élection municipale de Cannes pour connaître le budget de leur campagne. Etat des lieux…

Une campagne électorale, ce n'est pas gratuit ! Les candidats doivent louer des salles pour leurs réunions, imprimer des tracts, payer des factures téléphoniques de leur permanence (quand ils en ont une)… A Cannes qui compte 52.775 inscrits sur les listes électorales, chaque postulant doit composer avec un plafond maximum de dépenses de campagne dont le montant a été communiqué à metronews par la préfecture des Alpes-Maritimes. A savoir : 88.855 euros pour une liste présente au premier tour, 121.736 euros si elle atteint le second tour. L’Etat remboursera aux candidats 47,5% des dépenses à condition de parvenir à réunir au moins 5% des suffrages au premier tour du scrutin (soit 42.206 euros au premier tour, 57.824 au second).

PHILIPPE TABAROT (UMP)
Le candidat indique "faire campagne grâce à un prêt personnel que j'ai contracté". Il ajoute aussi que le financement est assuré par la participation de ses colistiers "mais aussi grâce aux dons dans le cadre de la législation en vigueur". "J'ai reçu de nombreux petits dons de Cannois qui souhaitaient soutenir ainsi ma candidature et je les en remercie", précise-t-il, ajoutant qu’il ne dépasserait pas le plafond autorisé des dépenses de campagne.

DAVID LISNARD (UMP)
Comme pour Philippe Tabarot, le budget de la campagne de David Lisnard est équivalent au plafond autorisé. Le premier adjoint sortant dit avoir reçu de nombreux dons. Parmi les dépenses "prioritaires", il privilégie "les réunions publiques et les documents". A la fin de la campagne, "il aura fait imprimer environ 800 affiches", précise son équipe.


CATHERINE DORTEN (RBM-FN)
"Je finance la campagne en faisant un emprunt auprès du FN et auprès des colistiers, pour un budget total d’environ 49.000 euros, ça ne me permet pas de faire des shows", explique la candidate qui assure n’avoir reçu aucun don de particuliers. Parmi les dépenses importantes, « la permanence coutera environ 8.000€ pour quelques mois". "Toutes les banques à Cannes m’ont refusé l’ouverture du compte de campagne. Il a fallu que j’aille à Grasse", souligne-t-elle.

ANNE MAJRI (PS-EELV)
Le budget est de 34.000 euros financés par un emprunt. Les dépenses les plus importantes sont les tracts et les affiches, assure le mandataire financier de la candidate. Il a par exemple été imprimé 1.000 grandes affiches. Un appel aux dons a été effectué mais à l’heure où nous écrivions ces lignes aucun n’a été reçu par la candidate.

DOMINIQUE HENROT (FdG)
10.000 euros, c’est le budget annoncé par Dominique Henrot qui est « essentiellement financé par le PCF de Cannes ». Le matériel officiel (bulletins de vote, affiches sur les panneaux électoraux, professions de foi…) est estimé à environ 6.000/7.000 euros. "Pour se faire connaître, on s’appuie notamment sur les tracts et la presse. Rien que faire imprimer 100 affiches, c’est au moins 600 euros de dépense, ça va très vite", explique-t-il.

Plus d'articles